En Australie, le gouvernement remporte une manche face aux jeunes sur la question du dérèglement climatique

écouter (3min)

Saisie par des adolescents qui souhaitaient empêcher l’agrandissement d’une mine de charbon, la justice australienne avait considéré que le gouvernement devait en effet protection aux générations futures. Une décision qui vient d’être annulée en appel.

Article rédigé par
Grégory Plesse, édité par Ariane Schwab - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sussan Ley, ministre australienne de l'Environnement, le 2 mars 2016. (LUKAS COCH / AAP)

Il y a quelques mois, la justice australienne rendait une décision qualifiée d’historique. Saisie par un groupe d’adolescents souhaitant empêcher l’agrandissement d’une mine de charbon, la cour fédérale avait estimé que les membres du gouvernement australien avaient pour devoir de protéger les générations futures des effets du changement climatique. Mais la décision vient d’être annulée en appel.  

Un appel initié par la ministre australienne de l’environnement, Sussan Ley. Elle a contesté cette décision rendue en première instance, car elle estimait que ce n’était pas son rôle de protéger la jeunesse contre le dérèglement climatique. Une prise de position qui, comme on peut l’imaginer, suscite la consternation des défenseurs de l’environnement.

"C’est absolument honteux que le gouvernement australien conteste le devoir qu’il a à l’égard des enfants de les protéger contre le changement climatique."

David Ritter, président de Greenpeace en Australie

à franceinfo

David Ritter trouve quand même dans ce jugement en appel une raison de se consoler. Les magistrats ont eux reconnu que la menace que représente le dérèglement climatique est tout à fait réelle, souligne-t-il. "Cette décision reconnaît que la menace est bien réelle. Mais nous savons malheureusement que le gouvernement australien ne fait rien pour l’empêcher."   

Pour revenir sur cet arrêt de la cour d’appel, les plaignants ont encore la possibilité de solliciter la Haute Cour d’Australie qui est l’équivalent local de la Cour de Cassation. Les adolescents à l’origine de la plainte sont en train d’en étudier la possibilité avec leur avocat. Ils n’avaient clairement pas le moral en sortant du tribunal. Ils ont cependant tout de suite indiqué qu’ils continueraient à se battre. Une adolescente a pointé qu’à défaut d’avoir gagné au tribunal, la cause qu’ils défendent est de plus en plus soutenue par l’opinion publique. Et ce tout simplement parce qu’en Australie, les catastrophes naturelles s’enchaînent les unes après les autres.   

"Il y a deux ans, l’Australie était en feu. Et maintenant elle est sous l’eau. Je crois que de plus en plus d’Australiens se rendent compte qu’on ne peut pas continuer comme ça."

Izzy, 15 ans

à franceinfo

>> Des incendies ont ravagé l'Australie fin août 2019.

"Ce n’est pas sain, ni pour notre pays, ni pour notre économie et ni pour nous-mêmes, poursuit Izzy. Il faut agir pour le climat, pour vivre en sécurité chez nous, être en bonne santé et prospérer."   

Izzy est d’ailleurs convaincue que la question du climat sera au cœur de la prochaine élection fédérale, qui se tiendra dans quelques semaines. Scott Morrison, le Premier ministre, y a peut-être déjà contribué puisque mardi, dans une interview accordée à Sky News, il a expliqué qu’il souhaitait que les centrales à charbon toujours en activité continuent de fonctionner le plus longtemps possible.

Le servicemétéo
évolue  et s’enrichit

découvrir les nouveautés

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.