En Afrique du Sud, la lente reconstruction de la scène stand-up

écouter (3min)

Avant la pandémie, l’Afrique du Sud voyait régulièrement éclore de nouvelles salles de stand-up et de jeunes humoristes prometteurs commençaient à percer. La crise sanitaire a largement dévasté le secteur, qui commence très lentement à s’en remettre. 

Article rédigé par
Claire Bargelès - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Stella Dlangalala sur la scène du Johannesburg Comedy Festival. (Photo publiée sur la page Facebook du festival)

Signe d'espoir : la 5e édition du Johannesburg Comedy Festival a pu se tenir en format réduit. Le retour de ce festival d'humour a permis de redonner une scène aux humoristes, et a mis un peu de baume au coeur au public, qui avait aussi besoin de rire. À la sortie, un sentiment de légèreté et d’euphorie planait au-dessus des spectateurs, heureux d’avoir pu savourer les blagues des comédiens, et se changer les idées pendant près de deux heures. "Des gens disent que le stand-up ce n’est pas essentiel, mais on a besoin de rire, et juste d’être ensemble, confie un spectateur installé au premier rang. Et beaucoup d’humoristes parlent malgré tout de choses sérieuses, mais de façon légère, donc je pense que c’est plus facile à digérer, par exemple tous les sujets autour de la pandémie. Pouvoir en rire, ça aide."

Le tout s’est déroulé dans une ambiance assez intimiste, car seule une cinquantaine de tickets ont pu être vendus pour chaque spectacle, afin de respecter les restrictions sanitaires.

Un soulagement pour les artistes

Du côté des artistes, c'est aussi le soulagement. Le stress avant de monter sur scène, assez intense chez les humoristes qui n’ont pu se produire que de façon virtuelle ces derniers mois, s’est vite estompé. Stella Dlangalala, humoriste, s'estime heureuse d'avoir pu retrouver un public en chair et en os. "La dernière fois que je me suis produite sur scène, c’était en 2019 ! C’est pour cela que j’étais assez nerveuse aujourd’hui, je me sentais un peu rouillée. C’était très calme pendant la pandémie, alors être de retour devant un vrai public, c’est stressant, mais aussi très excitant."

Pour Joey Radsien, un autre humoriste qui a participé au festival, cette expérience a été cathartique. "Je n'avais plus envie de partir, raconte-t-il. On sent que notre art, ce qu’on fait, est encore plus apprécié, et le lien avec les gens plus fort qu’avant. Et bien sûr qu’on doit parler du Covid, il faut que l’on rende un peu plus légers tous ces moments très nuls qu’on vit en ce moment."

Des salles de stand-up en souffrance

Ce festival a pu redonner un peu de place à ces artistes, qui ont du mal aujourd'hui à trouver des lieux où se produire. De nombreux clubs de stand-up dans le pays n'ont pas survécu à la pandémie et aux confinements, ils ont définitivement fermé leurs portes. "Cela fend le coeur de voir ce que sont devenues nos scènes", explique Takunda Bimha, organisateur du festival pour qui la reconstruction du secteur pourrait prendre du temps. 

"Le secteur de l’humour en Afrique du Sud est émergent, il y a un potentiel énorme, mais nous avons besoin de le faire grossir. Et la disparition de ces clubs est très douloureuse. Avec le festival, désormais, nous essayons d’aider le secteur à se remettre sur pied."

Takunda Bimha, organisateur du Johannesburg Comedy Festival

à franceinfo

Les organisateurs espèrent en tout cas pouvoir monter une édition 2022 à taille normale, afin de donner le micro à un maximum d’artistes, et que chacun puisse partager, avec humour, sa vision du monde post-Covid.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers En direct du monde

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.