Covid-19 : au Japon, les habitants ne semblent pas prêts à renoncer au port du masque

écouter (3min)

Si la crise sanitaire a fait porter des masques à une large partie de la planète, au Japon, déjà habitué à son utilisation au quotidien, le masque semble parti pour rester.

Article rédigé par
Karyn Nishimura, édité par Xavier Allain - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des passants portent des masques de protection contre le nouveau coronavirus, le 2 mai 2022 à Tokyo (Japon). (KARYN NISHIMURA / RADIO FRANCE)

Le Japon avait été un des tout premiers pays à généraliser le port du masque quand a commencé la pandémie de Covid-19. Plus de deux ans après, la situation semble ne pas avoir évolué : le pays reste très très précautionneux, même s’il recense quotidiennement deux à trois fois moins de nouveaux cas que la France. Sans compter que la population est bien vaccinée, notamment les personnes âgées. Ainsi, à l’extérieur comme à l’intérieur, quasiment 100% des Japonais sont masqués en permanence, y compris une partie des enfants en maternelle. Ils ne l’enlèvent que chez eux. 

>> Chiffres du Covid-19 : morts, hospitalisations, vaccins... Suivez l’évolution de l'épidémie en France et dans le monde

Le paradoxe est que le masque n’a légalement jamais été obligatoire nulle part, mais tout le monde le porte partout. Pas toujours de gaieté de coeur d’ailleurs, comme nous l’avoue cette femme âgée : "Je ne m’y fais pas, c’est dur, j’ai envie de l’enlever, mais, sans masque, on est dévisagé sévèrement par tout le monde", regrette-t-elle. 

"Laxistes" et normalité

C’est que la crainte l’emporte sur le reste, même pour cet octogénaire vacciné trois fois : "Je suis vieux, j’ai peur du Covid. Donc je ne sors pas sans masque, ce n’est pas dur du tout. Je le mettrai même une fois la pandémie finie." Et en voyant à la télévision les images des Français, Britanniques ou Américains sans masque, il n’a qu’un mot : "Laxistes.

Et il n’est pas le seul à penser cela dans l'archipel, car les Japonais sont nombreux à considérer le masque comme nécessaire, quoi qu'il arrive. "Le retrait du masque se fera quand le Covid aura disparu. Je ne pense pas qu’au Japon on cohabitera avec le Covid sans masque, je pense que le principe-même d’enlever le masque ne doit pas être décidé", assure ainsi le président de l’Association des médecins du Japon. Son opinion, que le gouvernement suis pour le moment, n’est cependant pas partagée par l’ensemble du corps médical car le masque présente des risques surtout en été où la chaleur moite est insupportable et pour le développement des jeunes enfants qui, hormis leurs parents, ne voient depuis deux ans que des visages à moitié cachés.

Il faut cependant reconnaître que l’opinion publique ne proteste pas contre le port du masque. Certains considèrent, au contraire, qu’il leur rend bien service, parfois pour des raisons totalement futiles : grâce au masque, pas la peine de se maquiller ni de se raser. Le masque était déjà bien présent dans la société japonaise avant le Covid, face à la grippe ou aux allergies aux pollens, mais, désormais, il est devenu la normalité et risque en partie de le rester.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.