Cet article date de plus de sept ans.

Corée du Sud : perché sur une cheminée depuis un an pour contester son licenciement

écouter (70min)
Prendre de la hauteur pour protester, la méthode est courante chez les Sud Coréens...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Cha Kwang-ho en haut de la cheminée)

Cha Kwang-ho est un syndicaliste, il proteste contre son licenciement par Starplex, l’entreprise qui a racheté l’usine de fibres synthétiques dans laquelle il travaillait. Depuis le 26 mai 2014, l'homme survit au sommet d’une cheminée de son usine, à 45 mètres de haut, dans des conditions très difficiles. Ce sont ses camarades en bas qui lui font parvenir de la nourriture, et se débarrassent des seaux qui lui servent à faire sa toilette. Mais Cha Kwang-ho reste connecté au monde. Avec son smartphone, il publie tous les jours des.

"Grimper pour protester", la méthode est courante en Corée du Sud. L’exemple le plus connu, c’est celui de Kim Jin-suk, une syndicaliste qui elle avait passé 309 jours au sommet d’une grue de son chantier naval en 2011. Son action avait suscité une immense vague de soutien populaire, et elle n’était redescendue qu’après avoir gagné son combat. Depuis, de très nombreux syndicalistes et ouvriers en colère se sont perchés au sommet de tours, de toits, d’écrans géants… avec des succès divers. En restant plus d’un an en hauteur, Cha Kwang-ho vient d’ailleurs de battre un record.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.