En direct du monde, France info

Au Québec, les médecins refusent leurs hausses de salaires

 Au Québec, près de 700 médecins et internes ainsi que 200 étudiants en médecine ont signé une pétition pour dénoncer les augmentations destinées au corps médical. Les praticiens souhaiteraient que l’argent soit réinvesti dans le système de santé au Québec.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le Premier ministre (Philippe Couillard, ici en photo) celui de la Santé, et il n’y pas si longtemps celui de l’Éducation, sont tous issus de la profession de médecin.
Le Premier ministre (Philippe Couillard, ici en photo) celui de la Santé, et il n’y pas si longtemps celui de l’Éducation, sont tous issus de la profession de médecin. (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)

Une pétition a été lancée fin février 2018 par 700 médecins et internes ainsi que 200 étudiants. Les signataires de cette pétition font partie d’un mouvement intitulé "Médecins québécois pour le régime public". Ils constatent les ras-le-bol de la population québécoise.

Fortes hausses de salaires

Dans cette province, en 10 ans, les généralistes ont vu leur salaire augmenter de 75%, tandis que les revenus des spécialistes ont doublé. À titre d’exemple, les cardiologues ont obtenu une hausse de près de 60 000 euros par entre 2015 et 2016, et le gouvernement doit débourser 300 millions d’euros supplémentaires dans les prochaines semaines.  

Cela résulte d’une entente signée entre les Fédérations des médecins et le gouvernement du Québec. L’argument invoqué est le rattrapage entre les salaires versés au Québec par rapport à ceux des autres provinces. Ironie, le ministre de la Santé, lui-même un ancien radiologue, a réclamé ces augmentation alors qu’il présidait la Fédération des médecins spécialistes. Les revenus des médecins au Québec dépassent maintenant ceux de leurs confrères du reste du Canada.  

Indignation de la population

Certains affirment que le Québec est dirigé par des médecins. Le Premier ministre, celui de la Santé, et il n’y pas si longtemps celui de l’Éducation, sont tous issus de cette profession. Et la note très salée indigne la population. D’autant plus qu’une étude publiée la semaine dernière montre clairement que les Québécois éprouvent plus de difficultés aujourd’hui à rencontrer un médecin spécialiste qu’il y a quelques années. Le Québec, en effet, repose sur un système public de santé. Pour rencontrer un pneumologue ou un orthopédiste, il faut être recommandé par un généraliste et les temps d’attente sont très longs. Depuis l’augmentation des salaires, plusieurs spécialistes ont ralenti leurs activités, allongeant encore les délais nécessaires avant de se faire soigner. De son côté, le gouvernement réplique que les choses se sont améliorées depuis la réforme mise en place la dernière année.

Une question au coeur du débat public

Ce problème occupe une place énorme dans le débat public. Chaque jour, les journaux, les réseaux sociaux, les télévisions, les radio racontent des histoires de patients coincés aux urgences pendant 7 ou 10 heures, ou d’infirmières complètement épuisées après avoir enchaîné deux journées de travail à la suite. Au Québec, comme dans plusieurs pays occidentaux, les gens vieillissent. Ils ont donc de plus en plus besoins de se faire soigner. Or, le système actuel répond difficilement à leurs besoins. Pour le gouvernement, qui prépare la prochaine campagne électorale, cette question de l’augmentation de la rémunération tombe donc bien mal.   

Le Premier ministre (Philippe Couillard, ici en photo) celui de la Santé, et il n’y pas si longtemps celui de l’Éducation, sont tous issus de la profession de médecin.
Le Premier ministre (Philippe Couillard, ici en photo) celui de la Santé, et il n’y pas si longtemps celui de l’Éducation, sont tous issus de la profession de médecin. (NICOLAS KOVARIK / MAXPPP)