Cet article date de plus de huit ans.

Au Qatar, un resto gratuit pour les travailleurs pauvres

Le Qatar avait promis une loi pour mieux protéger les ouvriers. Elle n'a pas encore vu le jour. En attendant, certains expatriés se montrent solidaires des migrants pauvres. Un restaurateur leur propose désormais des repas gratuits, dans la banlieue de Doha.
Article rédigé par Alexis Morel
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 70 min
  (Au Qatar, un resto gratuit pour les travailleurs pauvres  ©  Laxmi Lota)

Le restaurant est situé bien loin des tours rutilantes de Doha. Il faut compter une bonne demi-heure du centre-ville pour arriver dans cette zone industrielle ou vit la majorité des ouvriers du Qatar. L'établissement est modeste, quatre tables, quelques chaises. Mais depuis quelques semaines, il est devenu célèbre, connu dans tout le Qatar, grâce a une pancarte installée sur sa devanture: “Si vous avez faim et que vous ne pouvez pas payer, venez manger gratuitement !”

Le Qatar compte plus de 700 000 travailleurs pauvres, pour 2,3 millions d'habitants. Des ouvriers étrangers qui gagnent environ 200 euros par mois, destinés à leur famille restées au Bangladesh, au Sri Lanka ou encore au Népal. Un salaire modeste, et parfois versé en retard. C'est pour les aider que le propriétaire du restaurant, Shadab Khan, un Indien arrive au Qatar il y a 13 ans, a décidé d'accrocher cette pancarte sur son restaurant.

Les différents scandales liés aux chantiers de la Coupe du monde 2022 en sont la meilleure preuve : les autorités qatari ont bien du mal à améliorer la situation de ces immigrés, même si elles affirment le contraire. Dans un rapport publié récemment, elles assurent que “le Qatar a atteint tous les objectifs en matière de lutte contre la pauvreté ”. Visiblement, ce document ne parle que des citoyens qatariens (ils sont seulement 200 000) et ne prend pas du tout en compte les expatriés qui représentent la majorité de la population.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.