En direct du monde, France info

Au Mexique, une caravane de migrants provenant d’Amérique centrale suscite l’énervement de Donald Trump

Donald Trump a ordonné jeudi l'envoi de la Garde nationale à la frontière mexicaine, pour stopper ce qu’il décrit comme une "avalanche de migrants", au risque de raviver encore les tensions avec Mexico qui parle d'une "insulte de plus" à son encontre.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La caravane a d’ailleurs renoncé à son objectif initial d’atteindre la frontière américaine, débordée par son succès cette année.
La caravane a d’ailleurs renoncé à son objectif initial d’atteindre la frontière américaine, débordée par son succès cette année. (VICTORIA RAZO / AFP)

À tout le moins, les relations entre Donald Trump et le Mexique ne devraient pas s’en trouver réchauffées : une caravane de migrants provenant d’Amérique centrale a suscité l’énervement du président des Etats-Unis, au point que ce dernier a ordonné jeudi 5 avril 18 l’envoi de la Garde nationale à la frontière pour stopper ce qu’il décrit comme une "avalanche de migrants".

Contre la politique migratoire de Trump

Cette marche d’un millier de personnes est partie le 25 mars de Tapachula, dans le sud du pays en direction la frontière avec les États-Unis. Mercredi, la caravane campait dans la ville de Matías Romero, dans le sud du Mexique, loin de la frontière américaine. Mardi soir, les migrants manifestaient contre la politique migratoire de Trump, chacun défilant avec le drapeau de son pays, une majorité provenant du Honduras. La caravane est composée d’environ un millier de personnes, dont environ 400 enfants, il y a aussi des bébés et des femmes enceintes. Tout ce monde se remettra en marche ce jeudi, mais la plupart des participants n’ont pas l’intention d’aller jusqu’aux Etats-Unis. Ils estiment que Trump a une réaction exagérée, qu’il veut les utiliser comme argument pour construire son mur sur la frontière. Mais d’après eux, rien ne pourra empêcher les migrations.

La caravane devrait poursuivre sa marche, avec comme but de rallier la capitale, Mexico dans quelques jours, comme l’ont confirmé les organisateurs. Cette caravane a lieu chaque année depuis 2010, au début du printemps, organisée par des associations de migrants. Et même si Donald Trump et les médias conservateurs américains ont parlé d’une “armée de migrants” qui se dirigeait vers les États-Unis, la réalité est assez différente. L’idée n’est pas, en effet, de prendre d’assaut la frontière, mais plutôt de faire connaître la situation des migrants d’Amérique centrale, qui fuient la violence dans leur pays et sont souvent la proie des cartels lors de leur traversée du Mexique, voire même victimes des abus de la police mexicaine.

La caravane ne rejoindra pas la frontière américaine

La caravane a d’ailleurs renoncé à son objectif initial d’atteindre la frontière américaine, débordée par son succès cette année. Avec un millier de participants, les organisateurs jugent trop compliqué de rejoindre le nord du pays. En effet, les déplacements sont pénibles et dangereux, et certaines parties du trajet sont effectuées sur les toits des trains de marchandises. Certains participants poursuivront leur route vers le nord, une partie d’entre eux ayant bénéficié de visas de transit au Mexique. D’autres envisagent aussi de rester vivre ici, de demander l’asile au Mexique. Les organisateurs, eux, sont déjà satisfaits des répercussions médiatiques et de la notoriété apportée à la caravane par Donald Trump.

La caravane a d’ailleurs renoncé à son objectif initial d’atteindre la frontière américaine, débordée par son succès cette année.
La caravane a d’ailleurs renoncé à son objectif initial d’atteindre la frontière américaine, débordée par son succès cette année. (VICTORIA RAZO / AFP)