Au Mexique, les palmiers victimes de la "pourriture rose" disparaissent des rues de Mexico

écouter (3min)

Les palmiers de Mexico sont malades. Ces arbres emblématiques qui bordent les grandes avenues de la capitale mexicaine et qui faisaient partie intégrante du paysage urbain doivent être abattus l’un après l’autre.

Article rédigé par
Emmanuelle Steels, édité par Ariane Schwab - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
L'emblématique palmier du rond-point de la Reforma à Mexico n'est plus. Malade, il a été déraciné après une cérémonie d'adieu. Il sera remplacé à un ahuehuete. (PEDRO PARDO / AFP)

Depuis plusieurs mois, les palmiers de Mexico se dessèchent. Plusieurs causes sont évoquées, mais il y a surtout une maladie qui a été détectée il y a déjà dix ans et qui est aujourd’hui considérée comme la principale responsable de leur disparition progressive, celle du "champignon de la pourriture rose". Une fois atteint, l’arbre se flétrit, ses palmes jaunissent et finissent par tomber.

Il n’existe pratiquement pas de remède à ce mal, qui est aggravé par le changement climatique et qui décime les alignements de palmiers si caractéristiques des grandes avenues de Mexico. Il y a environ 15 000 palmiers qui survivent encore dans la capitale. Des dizaines d’exemplaires malades ont déjà été déracinés et les autorités annoncent l’abattage de plusieurs centaines de palmiers dans les prochaines semaines. Les autres palmiers seront taillés dans l’espoir d’éviter que le fléau ne se propage.

Des câlins

Une hécatombe qui peine les habitants de Mexico : ils ont organisé, le 24 avril, une cérémonie d’adieu au palmier le plus connu de la ville, le grand palmier de Reforma. Il trônait au milieu d’un rond-point d’ailleurs baptisé "rond-point du palmier", sur lequel les habitants se sont donnés rendez-vous pour l'applaudir.

Parce qu’il était une image familière lors de leurs trajets quotidiens, les habitants de Mexico ont pratiquement personnifié ce palmier : on a vu des gens enlacer son tronc, l’embrasser, d’autres ont déposé une couronne de fleurs au pied de l’arbre ou des messages de remerciements. Cela faisait cent ans que ce palmier se dressait à ce carrefour. Et la semaine dernière, des dizaines d’autres palmiers de l’avenue Reforma ont été déracinés.

Ahuehuete

Le choix de l’arbre qui sera planté pour le remplacer a été soumis à un vote populaire par la mairie de Mexico et c’est l’ahuehuete, un arbre endémique de la région, qui l’a emporté.

Un verdict qui ravit les scientifiques qui affirment que les palmiers ne sont pas faits pour pousser à Mexico, notamment à cause de l’altitude. Il s'agit en effet d’une espèce tropicale qui pousse à peu près au niveau de la mer et qui souffre à 2 400 mètres d’altitude. Les spécialistes recommandent de planter, en lieu et place des palmiers, des espèces endémiques qui sont plus résistantes aux maladies. Comme l’ahuehuete, ou Taxodium mucronatum, aussi connu sous le nom de "cyprès de Moctezuma", un arbre au beau feuillage très dense.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.