En direct du monde, France info

Au Mali, la première opération à cœur ouvert permet de sauver une petite fille

La première opération à cœur ouvert au Mali vient d'être réalisée sur une petite fille. Ce service de cardiologie a été ouvert avec le soutien d'une association française.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La petite Fanta a été opérée du cœur, dans un hôpital malien, le lundi 10 septembre.
La petite Fanta a été opérée du cœur, dans un hôpital malien, le lundi 10 septembre. (SEBASTIEN RIEUSSEC / AFP)

Vous connaissez peut-être La Chaîne de l’espoir, cette association française qui fait venir dans l’Hexagone des enfants malades du cœur qui ne peuvent pas être opérés dans leur pays d’origine. Cette association tente également de construire des services de cardiologie à travers le monde, pour éviter d’avoir à séparer les enfants de leurs familles. Au Mali, pour la première fois, des médecins ont effectué une opération à cœur ouvert sur une petite fille.

Fanta, six ans, est atteinte d’une cardiomyopathie congénitale, une malformation du cœur détectée peu après sa naissance. Il a fallu plusieurs années avant que la fillette puisse enfin être soignée. Lundi 10 septembre, la première opération à cœur ouvert a donc été menée à Bamako par une équipe franco-malienne.

Éviter un long voyage en France

L’association française La Chaîne de l’espoir a bâti la nouvelle unité de soins cardio-pédiatriques de l’hôpital mère-enfants Le Luxembourg, à Bamako. Il aura fallu deux ans et demi, et une très généreuse donatrice privée pour que ce projet voit le jour. Désormais, l’hôpital est équipé de blocs opératoires et de salles de réanimation modernes, aux normes internationales, avec du matériel de pointe. C'est une première au Mali. Le premier objectif est d’éviter aux enfants le long voyage de plusieurs semaines, en France. "Cela permettra à tous les enfants d'être opérés dans leur milieu naturel, explique le docteur Baba Ibrahima Diarra, chirurgien malien. Prendre un enfant et l'emmener en France, dans des conditions totalement différentes, c'est un déphasage brutal. Il n'y aura plus ce problème d'adaptation à un environnement pour les enfants."   

Opérer directement au Mali permet aussi de réduire les coûts, certaines opérations au Mali peuvent coûter jusqu’à dix fois moins cher qu'en France. Cela permet également d’opérer davantage d’enfants. "Au Mali, à la clinique du Luxembourg de Bamako, plus de 2 000 enfants malades sont sur liste d'attente, évidemment tous ces enfants ne peuvent pas être envoyés en France pour être opérés", raconte Alice Authier, la coordinatrice du projet qui rajoute qu'une cinquantaine d’enfants devraient ainsi être opérés au Mali, d’ici la fin de l’année.

Les médecins maliens bientôt autonomes

Au Mali, l’association française continue de former les médecins maliens et toutes les opérations se font en binôme. Mais à terme, les médecins maliens devraient se débrouiller seuls et opérer de manière totalement autonome. Ce système de transfert de compétences se fait déjà au Sénégal ou en Afghanistan, par exemple, où La Chaîne de l’espoir a déjà construit des hôpitaux. En revanche, l’association française devrait rester présente au Mali pour le financement. Jusqu’à aujourd’hui, aucun soutien local n’a encore été trouvé, même pas du côté du gouvernement malien. 

La petite Fanta a été opérée du cœur, dans un hôpital malien, le lundi 10 septembre.
La petite Fanta a été opérée du cœur, dans un hôpital malien, le lundi 10 septembre. (SEBASTIEN RIEUSSEC / AFP)