Adultère, homosexualité... Que voit-on dans le film Netflix "On se connaît... ou pas" qui fait scandale en Égypte ?

écouter (3min)

"Ashab wala Aaz" est adapté d’un long-métrage italien. Titré en français "On se connaît... ou pas", c’est l’histoire d’amis qui se retrouvent et décident de partager les appels et messages reçus sur leur portable ce soir-là. Une bien mauvaise idée.

Article rédigé par
Martin Roux, édité par Ariane Schwab - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La star Mona Zaki, seule actrice égyptienne du casting de "Ashab wala Aaz" diffusé sur Netflix, cible de critiques sur les réseaux sociaux. (KHALED DESOUKI / AFP)

Le film Netflix Ashab wala Aaz (On se connaît... ou pas en français) fait un carton d’audience dans les pays arabes où il est en tête des visionnages. Adapté d’un long-métrage italien Perfetti Sconosciuti ("Parfaits inconnus"), il raconte un dîner entre amis. Pour pimenter leur soirée, ils décident de se soumettre à quelques règles : chaque convive pose son téléphone sur la table et partage avec les autres participants les appels et les messages reçus. Bien sûr, la soirée tourne au drame avec des révélations en cascade. Des maris infidèles, des femmes aussi, et puis l’homosexualité de l’un des personnages.  

Trop pour certains internautes et utilisateurs des réseaux sociaux qui ont dénoncé l’alcool présent tout au long du repas, les conversations sur le sexe et bien entendu la représentation d’un personnage gay. Seule actrice égyptienne du casting, la star Mona Zaki est particulièrement visée par ce flot de critiques en ligne.

Conservatisme contre jeunesse

En tête de cette croisade pour la protection des bonnes mœurs, le député égyptien Moustafa Bakri. "Ce film défend le phénomène de l’homosexualité, dénonce-t-il dans un talkshow de la télé égyptienne. On y voit également plus de vingt scènes pornographiques, alors oui c’est choquant pour les familles égyptiennes." Évidemment, il n'y a aucune scène pornographique dans ce film. Mais le député ne propose rien de moins que d’interdire Netflix. Une proposition parmi tant d'autres.

Il faut savoir que ce type de polémique agite fréquemment le Parlement ainsi que les médias contrôlés par le régime, sans qu’aucune mesure ne soit prise. À titre d’exemple, le mois dernier, les députés égyptiens avaient trouvé le temps de débattre sur la possibilité de jouer ou non en Égypte la pièce de Jean-Paul Sartre La putain respectueuse. Le conservatisme des parlementaires ne fait aucun doute. Ceux-là même qui ont voté en 2018 une loi sur la cybercriminalité pénalisant "les atteintes aux valeurs familiales égyptiennes", un texte qui avait conduit à l’emprisonnement de plusieurs utilisatrices de l’application TikTok.  

Mais cette vision conservatrice est toutefois loin de faire l’unanimité notamment parmi la jeunesse égyptienne. Concernant la production Netflix, nombre de ces jeunes ont fait part sur les réseaux sociaux de tout le bien qu’ils pensent de ce film, une représentation moderne, selon eux, de la société telle qu’elle est, et non telle que certains voudraient qu’elle soit.  

>> Égypte : quand Nasser se moquait du voile... C'était il y a plus de 50 ans

Perfetti Sconosciuti a également sa version française sortie en 2018 sous le titre Le jeu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.