En direct du monde, France info

À Vienne, la capitale du loyer modéré, le mètre carré est loué moins de dix euros

En matière de location, la capitale autrichienne fait figure d'exemple, avec un système de logements communaux et de logements subventionnés.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des passants sur la Stephansplatz, à Vienne (Autriche).
Des passants sur la Stephansplatz, à Vienne (Autriche). (GAETAN BALLY / MAXPPP)

Alors que les prix des loyers flambent à Paris, Vienne, capitale de l'Autriche, fait figure de contre-modèle avec ses loyers particulièrement modérés. Selon le cabinet Deloitte, il faut débourser 9,80 euros par mètre carré pour s'y loger. C'est presque trois fois moins qu’à Paris, où il faut compter en moyenne 27,80 euros. 

Un modèle mis en place il y a un siècle

Ce modèle a été initié par les sociaux-démocrates lors de la période de Vienne la rouge, entre 1919 et 1934. La gauche construit alors plus de 60 000 logements à destination des classes populaires. C’est le début d’une politique sociale qui perdure donc un siècle plus tard. Aujourd’hui, en effet, la gauche est toujours au pouvoir de la capitale autrichienne et la ville compte 220 000 logements communaux, c’est-à-dire des logements sociaux qui appartiennent à la municipalité. Plus d’un Viennois sur quatre y vit. C’est le cas de Christian, dont le charmant appartement est situé, comme pour la plupart de ces habitations, dans la ville et non en banlieue. "Je paye chaque mois 290 euros pour 58 mètres carrés. L’appartement n’est pas très grand pour deux mais je m’y sens bien. Les alentours sont super, il y a de la nature, c’est agréable de vivre ici", explique-t-il.

Des logements subventionnés par la ville

Ces logements ne sont pas uniquement destinés aux plus précaires puisque la limite de revenus pour y prétendre est fixée à plus de 3 000 euros nets mensuels, pour favoriser la mixité sociale. Outre ces logements communaux, la ville verse des subventions à des promoteurs qui construisent des logements à buts non-lucratifs, avec des loyers modérés : cela concerne 200 000 logements. Résultat : d’après la municipalité, 60% des Viennois vivent aujourd’hui dans une habitation à loyer plafonné. Les spécialistes expliquent que cette politique tire les prix de l’ensemble du marché locatif vers le bas.

L'équilibre est délicat à tenir 

Un modèle que Vienne entend bien préserver, ce qui n'est pas forcément gagné : l'équilibre est délicat à tenir pour la capitale autrichienne, qui a gagné 100 000 habitants depuis 2015. La pression immobilière s’accroît et dans le privé, les loyers ont ainsi augmenté de plus de 35% entre 2008 et 2016.

Pour enrayer ce phénomène, la municipalité a récemment imposé une nouvelle règle : toute nouvelle construction de plus de 5 000 m2 devra être constituée d’au moins 2/3 de logements subventionnés à loyer modéré. Mais s’ils veulent poursuivre cette politique, les sociaux-démocrates devront conserver la mairie lors des municipales l’an prochain. Or l’extrême droite veille : le FPÖ avait réalisé son meilleur score à Vienne lors des dernières élections, 30%, et ambitionne de faire davantage en 2020. Avec une vision différente : le parti veut par exemple favoriser les personnes ayant la nationalité autrichienne dans l’attribution d’un logement communal.

Des passants sur la Stephansplatz, à Vienne (Autriche).
Des passants sur la Stephansplatz, à Vienne (Autriche). (GAETAN BALLY / MAXPPP)