En direct du monde, France info

A Lepizig, un concert en public sert d'expérience grandeur nature pour comprendre la contamination par le coronavirus

Le concert de Tim Bendzko est donné avec des spectateurs volontaires selon trois scénarios différents, pour aider les chercheurs à proposer la meilleure organisation possible en vue d'éviter des contaminations. 

(HENDRIK SCHMIDT / DPA)

Voici près de six mois que Tim Bendzko ne s'est pas produit en public. Le chanteur de schlager, la musique populaire allemande, retrouve son public samedi 22 août à Leipzig, en ex-RDA. Il a en effet accepté de participer à Restart-19, une expérience de l'université de médecine de Halle, qui cherche à définir dans quelles conditions les rassemblements de masse pourraient reprendre au temps du Covid-19.

>> Coronavirus : comment nos voisins européens s'en sortent-ils ?

Le concert de Tim Bendzko sera suivi d'un match de handball. 2 000 à 4 000 spectateurs sont attendus dans la grande Leipzig Arena. Tous se soumettront à un strict protocole sanitaire : port du masque, désinfection des mains avec un gel fluorescent... Chaque participant sera en outre équipé d'un appareil détectant tous ses mouvements et devra avoir été testé négativement au Covid-19.

Pendant un mois, l'équipe du professeur Moritz va analyser toutes les données récoltées pendant le concert. Trois scénarios seront étudiés, comme l'explique le chanteur Tim Bendzko. "Dans le premier scénario, le public se comporte comme avant, simplement les gens portent le masque. Dans les scénarios deux et trois, les mesures sanitaires sont à chaque fois renforcées."

Mesurer le rôle des aérosols dans la contamination

Les chercheurs espèrent réunir plusieurs informations : la fréquence des déplacements, le nombre de contacts par spectateur, quelles sont les surfaces particulièrement touchées par le public, et qu'il faudrait désinfecter avec un soin tout particulier... Et puis surtout, ils veulent en savoir enfin un peu plus sur les déplacements des fameux aérosols exhalés par les spectateurs, ces petites particules qui inquiètent tant le corps médical, alors que les températures vont bientôt commencer à baisser en Europe.

En Allemagne, le corps médical est divisé sur l'opportunité d'autoriser de nouveau ou non les manifestations de masse type concert de rock ou matchs de foot. A Düsseldorf, la municipalité vient d'autoriser l'organisation début septembre d'un concert de 13 000 personnes avec Bryan Adams et Sarah Connor. Une décision très contestée dans le pays

(HENDRIK SCHMIDT / DPA)