Du côté des étoiles, France info

La course aux télescopes géants

Lentement mais sûrement, les grands acteurs de la scène astronomique de demain se mettent en place... En lice, trois télescopes géants. Mais lequel entrera le premier en service ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Au sommet du Cerro Armazones, dans le désert d'Atacama © Serge Brunier.)

Ils sont trois : le GMT, le TMT et le EELT . D'abscons acronymes pour nommer les trois géants optiques dont rêvent les astronomes. Le GMT, c'est le Giant Magellan Telescope , un instrument international, essentiellement américain, qui mesurera 22 mètres de diamètre. Le TMT, c'est le Thirty Meter Telescope , international, lui aussi, et essentiellement américain, encore. Diamètre du miroir ? 30 mètres de diamètre, comme son nom l'indique... Le TMT devrait être installé à Hawaii. Enfin, l'européen EELT, pour European Extremely Large Telescope , doit mesurer 39 mètres de diamètre et être installé dans le désert d'Atacama, au Chili.

Mais lequel de ces trois mégas télescopes sera mis en service le premier ? Et seront-ils tous construits ? Ce n'est pas tout à fait sûr encore. Ces machines à un milliard d'euros pièce ne sont pas encore financées, mais les institutions internationales qui les étudient commencent progressivement les travaux... 

Ainsi, les montagnes qui doivent accueuillir le GMT et le EELT sont en cours d'amènagement, respectivement à Las Campanas et à Cerro Armazones. De même, les miroirs du GMT sont déjà en cours de polissage. Côté TMT et EELT, les opticiens testent déjà les solutions choisies pour réaliser les centaines de petits miroirs qui constitueront, au final, leurs miroirs mosaïques géants...

Alors, quand verrons-nous l'Univers avec les yeux de verre de ces machines géantes ? Dans une dizaine d'années, probablement. Tous ces programmes ont pris du retard, faute de financement. Côté EELT, les Européens espèrent obtenir du Brésil, qui annonce depuis des années sa participation au projet, quelques 300 millions d'euros.

(Au sommet du Cerro Armazones, dans le désert d'Atacama © Serge Brunier.)