Cet article date de plus de huit ans.

Pierre Henry, apaisé par la "profondeur de René Char"

écouter (6min)
Le directeur général de l'association France Terre d'Asile aime "butiner" de livre en livre. Mais il revient régulièrement à la poésie de René Char, dans laquelle il trouve une forme de sérénité.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Pierre Henry vient de terminer "En remontant la Marne " de Jean-Paul Kauffmann, ancien otage au Liban. Il y retrouve les territoires de son enfance en Haute Marne. Cette balade au long du fleuve est aussi selon lui l'occasion de "ressusciter les grands personnages de l'Histoire" : Diderot, originaire de Langres, ou Attila le Hun qui a livré bataille près de Châlons-en-Champagne.

C'est en lisant le passage sur Diderot que Pierre Henry a eu envie d'acheter l'ouvrage que Jacques Attali a consacré au philosophe. "J'aime butiner comme ça, d'un livre à un autre."

Il a donc butiné récemment de Marie Darrieussecq ("Il faut beaucoup aimer les hommes") à Léonora Miano, prix Femina 2013.

Mais un recueil de la Pléiade ne quitte jamais son chevet : les oeuvres complètes de René Char. Le militant associatif y trouve l'apaisement, le soir avant de dormir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.