Cet article date de plus de sept ans.

Jean-François Zygel : "Les mots sont mon Violon d'Ingres"

écouter (6min)
Le pianiste et improvisateur passe son temps à apprendre par coeur de la poésie. "Vous pouvez la lire tout le temps. Dans le métro, le matin en vous rasant ou en faisant le thé." Chez lui, il est entouré d'anthologies, de recueils, dans lesquels il pioche au gré de ses humeurs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : < 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

"Quand j'étais enfant, pour tromper la vigilance de mon père, je mettais un livre sur le pupitre, je laissais courir mes doigts sur les touches, et il croyait que je travaillais mon piano." L'habitude lui est restée. Le pianiste pose désormais régulièrement Victor Hugo, Chateaubriand, Zola, Ponge ou Mallarmé sur son pupitre. Et lit en improvisant.

Ce qui lui plaît tant dans la poésie? "Elle parle de choses très simples, très ordinaires, mais c'est dans la forme qu'elle est extraordinaire."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.