Cet article date de plus de sept ans.

Christine Albanel : "La grande littérature, c'est celle qui réinvente les mythes"

écouter (6min)
L'ancienne ministre de la Culture aime avoir deux livres en cours, pour varier ses lectures selon l'humeur du jour. En ce moment, elle alterne entre les lettres de Sido à sa fille Colette et "La grâce des brigands" de Véronique Ovaldé.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

L'ancienne plume de Jacques Chirac arrive bientôt à la fin du roman de Véronique Ovaldé, "La grâce des brigands " (Ed. L'Olivier).

"Un bouquin excellent. Les personnages sont attachants, le style est fluide. C'est un mélange de deux Amériques, et à la fois une satyre des médias et de l'édition."

Christine Albanel redécouvre aussi les lettres que la mère de Colette, Sidonie, a écrites à sa fille. "C'est assez touchant". Cette correspondance permet selon elle de se rendre compte que la mère de l'auteure correspond bien à la description qu'en fait Colette.

Parmi les auteurs étrangers qui ont le plus compté pour elle, Christine Albanel cite Virgina Woolf, Williams Faulkner, et Malcom Lowry. "'Les palmiers sauvages ' et 'Au dessous du volcan ', c'est quand même le sommet de la littérature! Ce sont pour moi les plus belles histoires d'amour en littérature."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.