Dernières pages avant la nuit, France info

Alexandre Romanès et ses poétesses

Le fondateur du seul cirque tzigane d'Europe s'est éveillé à la lecture tardivement. "Il n'y avait pas de place pour l'écrit dans ma tribu. J'ai appris à écrire à vingt ans. J'étais amoureux d'une jeune femme. Elle a eu la gentillesse de m'apprendre à lire et à écrire. Et je suis tout de suite parti vers la poésie. J'en lis tous les jours."

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Quand on lui demande quels poètes ont sa préférence, Alexandre Romanès cite Marceline Desbordes-Valmore, écrivain du XIXe siècle. "Tous les plus grands poètes ont encensé Marceline Desbordes-Valmore. Et pourtant, regrette-t-il, elle n'est même pas éditée dans la Pléiade."

Et puis Alexandre Romanès vante les textes de Lydie Dattas, son ex-femme qui partagea sa vie pendant des années. "Ce sont des femmes qui vous prennent dans les bras. Chez elles, le coeur est tellement puissant."

(©)