Cher : la restauration d'une rivière pour éviter les inondations

Une vaste opération de renaturation a été menée pour prévenir les catastrophes. Les courbes d’origine de la rivière l’Auxigny ont été notamment recréées, ceci afin de ralentir la vitesse de l’eau.
Article rédigé par Marie Dupin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
 

Le cours d'eau l’Auxigny traverse la commune de Saint-Martin d'Auxigny dans le Cher, une ville de 2 500 habitants. Il a connu bien des détours au fil des siècles. Pour rentabiliser les surfaces agricoles on l'a petit à petit déplacé, élargi et surtout rendu linéaire. Le sinueux cours d’eau de l’Auxigny n’avait jusqu’à récemment encore plus rien à voir la rivière d'origine, on l’avait littéralement transformé en autoroute à inondations, au point que les maisons du village avaient régulièrement les pieds dans l’eau. Depuis 1999, la commune avait fait l’objet de six arrêtés de catastrophes naturelles, avec des risques majeurs de ruissellement et de coulée de boue.

Trois ans de travaux

Pour prévenir les catastrophes, la mairie et le syndicat intercommunal de la vallée de l'Yèvre (Sivi)ont eu la bonne idée de travailler main dans la main à une vaste opération de renaturation. Trois ans de travaux qui débutèrent d’abord par la restauration de près de deux hectares d’une ancienne peupleraie en aval de la commune afin que le ruisseau Auxigny s'étende de nouveau dans son lit majeur en période d’inondation. Puis la vieille laiterie abandonnée construite à cheval sur son lit et qui l’empêchait de circuler librement a été détruite et le site dépollué. Les travaux ne s’arrêtèrent pas là. Ensuite on lui a redonné une forme, un tracé, ce qui permet à l'Auxigny aujourd’hui de déborder plus facilement dans les champs avant d’arriver au village. Quant à ses courbes d’origine, ses sinuosités, elles ralentissent la vitesse de l’eau, qui désormais en cas de fortes pluies n’entre plus dans les maisons. Une histoire de réparation de la nature par l’intervention de l’homme.

Une histoire pas si anecdotique que cela puisqu’en rendant à son cours naturel à cette rivière, la commune s’est protégée des périls qui la menaçaient. Comme quoi il faut parfois, à la rectitude et à la performance trompeuse de la ligne droite, privilégier les méandres, leurs caprices et leurs mystères.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.