Cet article date de plus de neuf ans.

Villers-Cotterêts: un château royal à l'abandon

écouter
5 jours à la Une, le feuilleton de France Info, propose cette semaine un éclairage sur le patrimoine en France alors que se tient ce week-end la 29ème édition des journées européennes du patrimoine. Dans l'Aisne, le château de Villers-Cotterêts est en partie à l'abandon. L'Etat, son propriétaire, semble bien embarrassé par cette résidence royale construite par François 1er.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Il faut pénétrer dans la cour des offices pour
découvrir le château de Villers-Cotterets, caché derrière de hauts murs en
plein centre ville. Si la façade du logis royal fait encore illusion, l'aile
gauche des communs avec ses fenêtres murées laisse deviner l'état réel du
bâtiment. Les premiers pas à l'intérieur du logis royal confirment cette
sensation de désolation.

Dans la cour du jeu de paume, Jean Claude Pruski, le maire
de Villers-Cotterêts a du mal à cacher son émotion : "l'ensemble des
ouvertures sont murées, le toit est en tôle, c'est très triste"
, confie
t-il. Cette cour centrale est envahie par les herbes et des pigeons
viennent parfois y mourir.

A l'intérieur du logis royal, il pleut dans le grand escalier les jours
d'orage. Au-dessus de la chapelle, le plancher installé au XVIIIe siècle est
percé par endroits. 

Une situation qui révolte, Christiane Riboulleau, chercheur
à l'inventaire du patrimoine culturel de Picardie : "C'est un
bâtiment qui a été construit sur ordre de François 1er, c'est là qu'a été signé
le fameux édit de Villers-Cotterêts, texte fondateur de l'état civil français,
c'est un lieu important "
.

Pour comprendre la situation actuelle, il faut
remonter deux siècles en arrière. En 1809, le château a été transformé en dépôt
de mendicité de la ville de Paris,  puis
en 1889, en maison de retraite pour personnes démunies. Depuis vingt-cinq ans,
l'établissement qui dépend du centre d'action sociale de la ville de Paris
n'occupe plus que quelques bâtiments en raison de la diminution du nombre de
pensionnaires.La dégradation du château s'est donc accélérée. Le déménagement
de la maison de retraite prévu début 2014, redonne cependant espoir au maire de
Villers-Cotterêts qui souhaite qu'un investisseur s'intéresse enfin au château.
La mairie propriétaire d'une petite partie du site, entend bien peser sur les
décisions que pourrait prendre France Domaines, le service du ministère des
finances, gestionnaire du château. Soixante à soixante-dix millions d'euros
seraient nécessaires pour restaurer le château de Villers-Cotterêts. A l'heure
où le gouvernement annule certains projets culturels, le salut du château
François 1er ne viendra vraisemblablement pas de l'Etat.

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.