Cet article date de plus de dix ans.

Quelle ambiance en Chiraquie ?

écouter
À Sarran, ancien fief de Jacques Chirac, François Hollande est arrivé en tête au premier tour. Le cœur des 262 habitants de ce village penchera-t-il à gauche le 6 mai ? Hélène Lam Trong est allée prendre la température dans cette petite commune de Corrèze.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Il n'y a pas grand monde un jour de pluie en semaine à Sarran.

Dans son élevage porcin, Serge Chaumeil regrette l'époque de Jacques Chirac, quand l'agriculture était au centre des campagnes électorales. Cet élu municipal est ami avec le couple Chirac depuis plus de trente ans. Et il vote sans grand enthousiasme à cette élection. Pour lui, Sarran restera toujours la capitale de la Chiraquie, mais une page politique se tourne. Et c'est un fait, Nicolas Sarkozy n'est pas aussi populaire que son prédécesseur ici.

Le musée Chirac, passage obligé

Néanmoins, pour cet électeur de droite, de là à placer un bulletin Hollande dans l'urne, il y a un pas. Il ne nous dira pas s'il est prêt à le franchir. Valérie, elle, a déjà fait son choix. Cette Sarranaise a toujours été très attachée à Jacques Chirac mais elle votera sans hésitation pour le candidat socialiste.

Mais Sarran, ce n'est pas seulement ses habitants partagés, c'est aussi son musée consacré au président Jacques Chirac. L'ambiance qui y règne tranche avec celle des rues désertes du village. Plusieurs cars de touristes sont aujourd'hui garés sur le parking qui surplombe le bourg. En cette période électorale, la collection des présents reçus par l'ancien président émeut les visiteurs. Ils en repartent avec une image galvanisée de la fonction de président de la République.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.