Cet article date de plus de neuf ans.

Dans l'Amérique rurale, les partisans de Mitt Romney se mobilisent

écouter
La convention républicaine, réunie à Tampa en Floride, doit introniser Mitt Romney comme candidat républicain à la présidentielle du 6 novembre prochain. Le candidat – sorti vainqueur de la primaire – doit être désigné officiellement par le parti pour affronter Barack Obama. L'élection s'annonce très serrée, les deux hommes sont au coude-à-coude dans les sondages. Mais Mitt Romney peut compter sur la mobilisation de ses partisans, notamment dans l'Amérique rurale, comme dans l'Ohio, un état du Midwest.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
 (©)

L'autoroute des
Appalaches forme un curieux décor. A la frontière du Kentucky, on circule entre
les plantations de tabac jaunies par le soleil et les baraques en bois qui
abritent les récoltes de soja et de maïs. A 1h30 de route de Cincinnati, Mount
Orab -3.800 habitants. C'est déjà la campagne, des terres agricoles, une
population très croyante et des revenus inférieurs au reste de l'Amérique.

Le président du
parti républicain local, Paul Hall, fait campagne pour Mitt Romney, convaincu
que l'État doit être moins interventionniste : "Aujourd'hui aux
Etats-Unis, vous avez le gars qui travaille dur tous les jours. Il achète son
hamburger à l'épicerie et il mange des nouilles. Le type qui reçoit des aides
du gouvernement, lui, ne va pas à l'épicerie, il va manger un steak au
restaurant. Il y a un problème. Le gars qui bosse dur mange moins bien que
celui qui a des subventions. On fonctionne à l'envers et il faut inverser ça.
Et Romney l'a compris. Et c'est la différence avec Obama."

L'économie, préoccupation numéro un 

A 55 ans, Paul
Hall – père de 3 filles – en est à sa quatrième campagne présidentielle.
Pendant 15 heures par semaine, il abandonne son bureau d'agent d'assurance pour
aller à la rencontre de quelques-uns des 45.000 habitants de son comté. Dans
l'Ohio, 5 à 9% des électeurs sont encore indécis : "On frappe
simplement aux portes et on demande : "Est-ce que vous vivez mieux
aujourd'hui qu'il y a 4 ans ?'Et souvent, les gens parlent du prix de
l'essence qui est passé de 1 dollar 80 quand Obama a été élu, à près de 4
dollars aujourd'hui. Ils évoquent les salaires qui n'ont pas augmenté et le
chômage qui a presque doublé par ici. Vous savez, pour 72% des Américains, la
préoccupation numéro 1, c'est l'économie. Comment vivront mes enfants dans 20 ans ?"

Chaque Américain devrait avoir une arme

Aux électeurs,
Paul Hall parle de ses rencontres avec Gerald Ford, George Bush et Ronald
Reagan. Derrière son bureau, l'agent d'assurance a accroché un tableau qui met
en scène une partie de cartes entre les anciens présidents. Très conservateur,
Paul Hall partage la même vision de l'Amérique que Mitt Romney. Contre
l'avortement, contre le mariage homosexuel. "Vous savez, ce en quoi je
crois, c'est à l'union entre un homme et une femme. D'ailleurs, la Bible est
claire à ce sujet. Concernant l'avortement, j'estime que la vie commence dès la
conception. Au sujet des armes, je pense l'on devrait enseigner leur maniement
au lycée. J'estime que chaque Américain devrait avoir une arme. D'ailleurs, mes
3 filles savent utiliser une arme, comme ça, si quelqu'un les attaque, elles
auront au moins une chance de s'en tirer."

L'Ohio, État clé

Il y a deux
semaines, Mitt Romney accusait encore un retard de 2 points sur Barack Obama
dans cet Etat de l'Ohio. Aujourd'hui, les deux hommes sont au coude-à-coude. Encouragé
par cette remontée, Paul Hall est convaincu que les indécis peuvent donner la
victoire à Mitt Romney. "Je pense que la plupart des gens ont conscience
que l'on s'apprête à un faire un choix très important. Veut-on devenir comme la
Grèce ? Ou au contraire être une puissance mondiale et continuer notre
croissance ? Voilà à quel point cette élection est cruciale. Le résultat
va déterminer ce que seront les 30 ou 40 prochaines années."

En 2008, Barack
Obama avait été élu grâce à son succès dans cet État clé de l'Ohio.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.