Cinéma week-end, France info

L'avenir du e-cinéma

De plus en plus de films sortent en e-cinéma. On pourrait se dire que c’est tout simplement des vidéos à la demande, mais c’est un peu plus compliqué que cela. Les explications de Fabrice Leclerc, le rédacteur en chef de "Studio CinéLive".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Adaline © TF1 Vidéo)

Il a trop de films dans les salles et les films restent de moins en moins longtemps à l’affiche. Il n’y a donc plus de réalité économique pour beaucoup de films. Le e-cinéma c’est une manière de sortir des films qui auraient dû sortir en salle et qu’on sort comme on les sort au cinéma, avec de l’affichage, etc.  

Mais on les propose directement en numérique sur toutes les plateformes de visionnage et de téléchargement. C’est l’avenir du cinéma. Spielberg et Lucas l’avaient prédit, en disant : "Bientôt, il y aura les grands, grands films qui resteront en salle, et tous les autres films resteront disponibles en numérique .". C’est déjà le cas aux États-Unis et ça fonctionne.

Il n’ya pas encore de réalité économique, ou de succès économique de la VOD en France et dans les grands pays internationaux. On a eu l’exemple, l’année dernière de Welcome to New-York , qui était sorti directement sur plates-formes de téléchargement. On a annoncé 200.000 clics. Mais ce n’est pas vérifiable.

Pour autant, les résultats ne sont pas encore au rendez-vous. Et puis comment quantifier de façon indépendante les succès ou les échecs comme on le fait dans les salles en comptabilisant les entrées ? Ce n’est pas encore mis en place. Il reste donc une économie à créer. Mais le fait que tous les grands producteurs et distributeurs de cinéma français et étrangers se lancent dans le e-cinéma est une réalité. Dans quelques années, on consommera l’essentiel des films en numérique et les grands films dans les salles de cinéma.

Un phénomène à suivre avec Un incroyable talent de David Frankel et Adaline de Lee Toland Krieger avec Blake Lively.

 

 

(Adaline © TF1 Vidéo)