Chroniques du ciel, France info

EPAG : le tribunal prononce la liquidation judiciaire

Le 6 février 2013, le Tribunal de grande instance de Dunkerque a placé l'école de pilotage de Merville en liquidation judiciaire. Il n'a pas jugé recevable l'offre d'Alsim.

(©)

C'est une triste page qui se tourne sur l'une des plus prestigieuses des écoles françaises de formation de pilote des lignes. Mercredi dernier, le Tribunal de grande instance de Dunkerque, a prononcé la liquidation judicaire, sans poursuite d'activité, de l'Ecole de Pilotage Amaury-de-la-Grange, à Merville dans le Nord. Le tribunal a estimé que l'offre de reprise déposée par le groupe Alsim, spécialisé dans la construction de simulateurs de vol était insuffisante.

Créée en 1962, avec l'appui d'Air France et plusieurs autres compagnies aériennes, l'EPAG a employé dans les années 2000 jusqu''à 120 personnes , effectué plus de 15.000 heures de vol par an avec une flotte d'une trentaine d'avions mono et bimoteurs. Elle avait développé pour les besoins d'Air France, ce que l'on a appelé la filière Cadet , qui consistait à former "ab initio " de jeunes pilotes d'Airbus A320. Les difficultés financières d'Air France et sa décision d'arrêter cette filière ont eu raison de l'EPAG. Une chute accélérée après une campagne de dénigrement dans la presse sur le sérieux de cette formation. Triste fin dans une indifférence quasi-totale.

**

La mort du musée DELTA, le scandale d'un ferraillage.**

"Il y a un temps pour la négociation et nous trouverons une solution" avait déclaré, il y a quelques mois, François Garcia, le maire d'Athis-Mons, à propos du déménagement des quelques avions du musée DELTA, situé en bout de piste de l'aéroport d'Orly. La convention signée, il y a 25 ans, entre Aéroports de Paris et la commune d'Athis-Mons pour la mise à disposition d'un terrain de
30.000 mètres carrés a pris fin, le 31 décembre dernier.

ADP a récupéré sa parcelle, une route et une ligne de tramway y ont été construites, dans le cadre du vaste projet "Cœur d'Orly ". Les avions, à l'exception du Concorde, n'ont plus leur place. Leur ferraillage a débuté, il y a quelques jours, au mépris total du travail accompli par les bénévoles de l'association pour sauvegarder ce patrimoine aéronautique. D'un prix d'entrée très modéré, le Musée Delta accueillait chaque année, quelques milliers de visiteurs.

 

 

 

 

 

(©)