Chroniques du ciel, France info

Chroniques du ciel. Ces avions civils abattus par des missiles

Depuis 40 ans, l’histoire retient plusieurs cas d’avions civils abattus par des missiles. Le Boeing 737 Ukrainian Airlines, vient s’ajouter à cette liste, après le mea culpa de Téhéran 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le cockpit du vol MH17, qui s\'était écrasé en juillet 2014 en Ukraine, présenté le 13 octobre 2015 à la base aérienne de Gilze-Rijen (Pays-Bas).
Le cockpit du vol MH17, qui s'était écrasé en juillet 2014 en Ukraine, présenté le 13 octobre 2015 à la base aérienne de Gilze-Rijen (Pays-Bas). (EMMANUEL DUNAND / AFP)

L'Iran a donc reconnu avoir abattu "par erreur" le Boeing 737 d'Ukraine Airlines qui s'est écrasé mercredi 8 janvier, près de Téhéran, un crash qui a coûté la vie à 176 personnes. 

Boeing 777 de la Malaysia Airlines en juillet 2014 : 298 morts

Ce drame n’est pas sans rappeler celui qui a conduit à la perte d’un Boeing 777 de la Malaysia Airlines avec 298 passagers et membres d’équipages le 17 juillet 2014, au-dessus de l’Ukraine. L’appareil qui assurait une liaison entre Amsterdam et Kuala Lumpur avait été abattu près de Donetsk, une région déchirée par un conflit armé et contrôlée par des séparatistes pro-russes. Il n’y a eu aucun survivant.

Les enquêteurs ont établi que l’avion avait été la cible d’un missile BUK de conception soviétique, tiré depuis la 53e brigade anti-aérienne russe basée à Koursk dans le sud-ouest de la Russie. Pour ce tir, trois Russes et un Ukrainien sont poursuivis devant la justice. Leur procès doit s’ouvrir cette année aux Pays-Bas.

D'autres drames de ce type en 1983, 1988 et en 2007

En mars 2007, c’est un Iliouchine biélorusse qui était abattu par une roquette, peu après son décollage de Mogadiscio, la capitale somalienne, alors en proie à la guerre civile. L’appareil transportait des ingénieurs et des techniciens. En octobre 2001, c’est un Tupolev qui devait exploser en vol, sur la mer Noire, après un tir accidentel d’un missile ukrainien. Bilan : 78 morts.

Deux autres drames ont durablement marqué l’histoire du transport aérien moderne. Le vol 655 d’Iran Air, un Airbus A300 assurait la liaison entre Téhéran et Dubaï. Il a été abattu peu après son décollage, le 3 juillet 1988 au-dessus du Golfe Persique par deux missiles d’une frégate américaine. Les 290 passagers et membres d’équipage sont tués. L’équipage de L’USS Vincennes affirmera avoir pris l’Airbus pour un chasseur iranien aux intentions hostiles. Téhéran obtiendra des États-Unis un dédommagement de plus de 100 millions de dollars, mais sans aucune excuse.  

Enfin, dans la nuit du 31 août au 1er septembre 1983, la chasse soviétique, avait tiré sur un Boeing 747 sud-coréen, qui s’était écarté de sa route au large de l’île de Sakhaline. Bilan, 269 morts. Sous la pression internationale, Moscou ne reconnaîtra sa responsabilité que bien plus tard, et après une condamnation du conseil de sécurité des Nations Unies.    

Le cockpit du vol MH17, qui s\'était écrasé en juillet 2014 en Ukraine, présenté le 13 octobre 2015 à la base aérienne de Gilze-Rijen (Pays-Bas).
Le cockpit du vol MH17, qui s'était écrasé en juillet 2014 en Ukraine, présenté le 13 octobre 2015 à la base aérienne de Gilze-Rijen (Pays-Bas). (EMMANUEL DUNAND / AFP)