Cet article date de plus d'un an.

Chroniques du ciel. ADP devient le premier groupe aéroportuaire mondial en prenant 49% du capital de l'indien GMR Airports

écouter (3min)

Le groupe ADP, Aéroports de Paris, devient le premier gestionnaire d'aéroports au monde. Après le rachat du turc TAV, il y a quelques années, il vient d'acquérir l'indien GMR qui exploite, en autres, l'aéroport de New Dehli. Au total, ce sont plus de 350 millions de passagers qui sont désormais gérés par ADP dans le monde.

Article rédigé par
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
ADP devient le premier groupe aéroportuaire mondial en rachetant 49% du capital du groupe familial indien GMR.(Illustration) (GETTY IMAGES)

En rachetant pour près d'1,4 milliard d’euros, 49% du capital du groupe familial indien GMR, ADP devient le premier groupe aéroportuaire mondial. Il rajoute à son réseau les aéroports de New Delhi et d'Hyderabad en Inde, mais aussi Mactan Cebu aux Philippines.

Des capacités de progression importantes pour ADP

Ces trois aéroports New Delhi, Hyderabad en Inde, Mactan Cebu aux Philippines, ont accueilli l’an dernier plus de 100 millions de passagers, avec un trafic en hausse en moyenne de plus 7% par an, notamment en Inde.

C'est un marché très intéressant pour le transport aérien, très dynamique, très équilibré, entre la croissance domestique, les Indiens qui voyagent, et la croissance du trafic international, les touristes notamment en Asie qui ont envie de voyager.

Edward Arkwright, directeur général adjoint d'ADP

ADP l'emporte devant le géant TATA

Cette opération s’inscrit dans la lignée de celle réalisée, il y a déjà quelques années avec le groupe turc TAV qui gère notamment l’aéroport d’Istanbul Ataturk. ADP l’emporte devant une offre déposée l’an dernier par le géant Tata, mais rejetée par l’autorité de la concurrence indienne. 

"GMR est un groupe familial qui est arrivé dans le métier des aéroports il y a une quinzaine d'années, souligne Edward Arkwright, avec lequel le groupe ADP partage des valeurs qui sont très profondes".

Visiblement le processus de privatisation du groupe ADP, toujours lié au projet de référendum d’initiative partagée, n’a pas effrayé GMR, qui s’est assuré un certain nombre de garanties en termes de gouvernance.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.