Ces chansons qui font l'histoire - 2012/2013, France info

La corvée de la Saint-Sylvestre

Tout le monde ne manifeste pas d'impatience gourmande avant les festivités rituelles du 31 décembre. Bien au contraire...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Vous entendez sur les
antennes de toutes les radios et télévisions françaises les mêmes
recommandations : consommer de l’alcool avec modération , bien
prévoir ses conditions de retour, des prescriptions frappées au coin du bon
sens... La Saint-Sylvestre approche et, pour un certain nombre de Français, ce
n’est pas une perspective absolument réjouissante.

Vous le savez, le
réveillon du 31 décembre est le prétexte de débordements alcooliques qu’il
n’est pas nécessaire d’être quaker pour en réprouver le caractère systématique.
La Saint Sylvestre et les rituels de l’année nouvelle suscitent souvent la réprobation
des artistes de la chanson
.

On peut considérer, par
exemple, que le 1er janvier n’est le début de rien, que l’année *nouvelle

  • est une fiction, que les promesses de la Saint Sylvestre sont toutes des
    mensonges...

 

Les chansons de la chronique d’aujourd’hui : Le Jour de l’an par La Bolduc (1930), Le Réveillon par Zoé Avril (2008), Saint Sylvestre par Les Innocents
(1989), Je m’emmerde par Mustang (2009),
les Vœux de bonne année par Daniel
Darc (2011), Bonne année par Bourvil
(1959).

 

Vous pouvez également
suivre l'actualité de cette chronique

 

Le livre qui accompagnait notre
chronique de cet été, Les chansons
qui ont tout changé
, est sur le kiosque de Radio-France et
en librairie avec sa cinquantaine
d'histoires de chansons historiques, de Ne
me quitte pas
de Jacques Brel à Didi
de Khaled, de Rock Around the Clock
par Bill Haley à Mignonne allons voir si la
rose
...

(©)