Cet article date de plus de dix ans.

En attendant les résultats...

écouter
Si l'on est impatient en attendant 20 heures et les résultats du premier tour de l'élection présidentielle, il faut bien se souvenir que la chanson française chante souvent l'attente...
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Toute la journée sur
France Info
, nous vous informons sur le taux de participation et sur tous
les aspects plus ou moins anecdotiques de ce premier tour de la présidentielle
mais, comme vous, nous attendons les résultats. Et les résultats, c’est à vingt
heures.

En attendant, on vote.
Mais, une fois que l’on a voté, il ne reste plus qu’à attendre vingt heures.
Attendre, attendre, attendre...
Et, à ce propos, vous n’imaginez pas à quel
point la chanson française aime attendre.

Les chansons de la chronique d’aujourd’hui : Je
voudrais bien savoir
dans Faust de Charles Gounod par Victoria de
Los Angeles (1953), J’attendrai par Le Chanteur Sans Nom (1938), Fatiguée
d’attendre
par Patricia Kaas (1993), Je t’attends par Gilbert Bécaud
(1963), J’attendrai par Dalida (remix de 1995), Madeleine par les
Barking Dogs (1994), Elle attend par Jean-Jacques Goldman (1985), Elle
m’attend
par Ronnie Bird (1965), Je t’attends par Axelle Red (1993),
J’attendrai par Claude François (1966), Je voulais dire que je
t’attends
par Michel Jonasz (1976), Un monsieur attendait par Les
Frères Jacques (1945), Ah je l’attends par Gaston Ouvrard (1932), Elle
t’attend
par Long Chris (1967), J’attendais par Céline Dion (version
live de 1996), Je l’attendais par Michel Delpech (1974), J’attends par
Anne Sylvestre (1998).

Vous
pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Le livre qui accompagnait notre
chronique de cet été, Les chansons
qui ont tout changé
, est sur le kiosque de Radio-France et
en librairie avec sa cinquantaine
d'histoires de chansons historiques, de Ne
me quitte pas
de Jacques Brel à Didi
de Khaled, de Rock Around the Clock
par Bill Haley à Mignonne allons voir si la
rose
...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.