Cet article date de plus d'onze ans.

Chère p'tite bagnole

écouter (5min)
Les spéculations, cette semaine, sur un modèle à très bon marché qui serait à l'étude chez Renault invitent à se souvenir que la chanson a passionnément rêvé de voitures.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

Cela a duré quelques
générations : pour avoir le loisir de se promener en voiture, il fallait
disposer de revenus imposants, ou alors économiser très longtemps.

Vous l’avez entendu cette
semaine sur France Info, on reparle une nouvelle fois d’un modèle à très bon
marché de Renault – toujours cette affaire de prix des voitures. Et cela a duré
longtemps, dans les chansons, cette histoire d’auto que l’on achète en se
saignant aux quatre veines.

Comme le fantaisiste Biscot avec en 1934

Les chansons de la chronique d'aujourd'hui : Dans
ma petite bagnole
* par Biscot (1934), Ça c’est d’la
bagnole par Georgius (1938), Mode-la
rivé an péyi-la par Paul Blamar (1968), Moi j’préfère la marche à pied par Henri Salvador (1958), La Bagnole par Olivier Trévidy (2003), Hexagone par Renaud (1975), La Voiture * par Les Bombes 2 Bal (2004).

Vous pouvez également
suivre l'actualité de cette chronique

Le livre qui accompagnait notre
chronique de cet été, Les chansons
qui ont tout changé
, est sur le kiosque de Radio-France et
en librairie avec sa cinquantaine
d'histoires de chansons historiques, de Ne
me quitte pas
de Jacques Brel à Didi
de Khaled, de Rock Around t he Clock
par Bill Haley à Mignonne allons voir si la
rose
...

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.