Cet article date de plus de trois ans.

Un été 1968. 20 juillet 1968 : Johnny Hallyday ne veut plus tout casser

écouter (6min)

Tout cet été, nous retrouvons au jour le jour l’actualité musicale d’une saison exceptionnelle, alors que la France vient de vivre un mois de mai historique. Aujourd’hui, "Entre mes mains", le doux 45 tours de Johnny Hallayday après le bruit et la fureur du printemps.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Johnny Hallyday : le 45 tours "A tout casser".
 (Philips)

Nous sommes le 20 juillet 1968. C’est un samedi et Johnny Hallyday est en concert à Deauville. Il chante notamment le single présent dans les hit parades, Entre mes mains. Cette semaine, le hit parade de France Inter classe cette chanson à la deuxième place et celui de RTL à la troisième place. Sur Europe 1, on ne passe pas beaucoup Entre mes mains, qui n’est pas classé dans le hit parade maison. On préfère une autre chanson, ou plutôt un autre Johnny, nettement plus combatif, celui d'A tout casser.

Dans cet épisode d’Un été 68, vous entendez des extraits de :  

Johnny Hallyday, Entre mes mains, 1968

Johnny Hallyday, A tout casser, 1968

Johnny Hallyday interviewé sur le tournage d'A tout casser (film de John Berry), 11 novembre 1967

Johnny Hallyday et Pierre Koulak dans A tout casser (film de John Berry)

Johnny Hallyday part pour sa troisième tournée en Afrique, 1er mai 1968

Johnny Hallyday, Jeune homme, 1968

Johnny Hallyday, Entre mes mains, 1968


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

Cet été, vous pouvez aussi retrouver sur France Inter les quarante épisodes d’une autre série écrite par Bertrand Dicale sur les chansons de la Première Guerre mondiale, Carnet de chants 1914-1918

En juillet et août dernier, nous avons passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.  

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chanson, exploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson française, coédité par Plon et franceinfo. 

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, franceinfo et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire.

Vous pouvez aussi retrouver les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été 2014 sur France Info, consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil. 

Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

Cet été, vous pouvez aussi retrouver sur France Inter les quarante épisodes d’une autre série écrite par Bertrand Dicale sur les chansons de la Première Guerre mondiale, Carnet de chants 1914-1918

En juillet et août dernier, nous avons passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.  

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chanson, exploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson française, coédité par Plon et franceinfo. 

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, franceinfo et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire.

Vous pouvez aussi retrouver les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été 2014 sur France Info, consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil. 

Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.