Les chasseurs, cibles des chanteurs

écouter (5min)

Après de nouveaux accidents de chasse mortels et une nouvelle polémique ces derniers jours, revenons sur la manière dont notre culture populaire a longtemps plaisanté sur les dangers de cette activité, avant un retournement sensible de l'opinion.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les accidents de chasse mortels relancent la polémique et questionne la présence des chasseurs à proximité des lieux d'habitation ou des routes. La chanson n'épargne par les amateurs de chasse. (Illustration) (JOSE A. BERNAT BACETE / MOMENT OPEN / GETTY IMAGES)

Prenez n’importe quelle chanson de Bourvil, vous en aurez toujours des enseignements sociologiques intéressants. Dans Vive la chasse, en 1952, il s’amuse avec un accident pittoresque – on prend le garde-chasse pour un sanglier et il est touché. Et quelle solution ? "Y’a plus qu’à tirer un chèque non barré", dit le texte de la chanson – c’est-à-dire un chèque payable, même si le destinataire n’a pas de compte en banque, utilisé à l’époque pour les transactions discrètes.

A l’époque, on ne considère pas la chasse comme un danger public, même s’il y a des centaines d’accidents tous les ans. Ces dernières années, on ne dépasse pas les vingt morts par an, mais tous les accidents prennent une ampleur tragique, comme le week-end dernier, nous vous en avons parlé sur franceinfo, l’affaire de cet automobiliste ayant reçu une balle dans la tête alors qu’il circulait sur une route de Bretagne, décédé des suites de ses blessures le 4 novembre. Mais entre l’époque du rire de Bourvil et aujourd’hui, l’opinion a changé.  

Dans le premier épisode de Ces chansons qui font l’actu ce week-end, vous entendez des extraits de :
Bourvil, Vive la chasse, 1952
Michel Delpech, Le Chasseur, 1974
Henri Tachan, La Chasse, 1974
Toulis, Les Chasseurs, 2012
Fatals Picards, Chasse, pêche et biture, 2008
Noël Noël, La Chasse, 1931
André Popp, Chasseurs sachez danser, 1960
Ann Sorel, Le Chasseur de daim, 1971


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Souvenez-vous : pendant l'été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d'une autrice, compositrice et interprète considérée comme l'arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chansonexploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson françaisecoédité par Plon et franceinfo. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.