Ces chansons qui font l'actu, France info

La chanson aime-t-elle le patronat ?

Notre culture populaire n'aurait-elle pas un fond hostile aux chefs d'entreprises, surtout à l'heure des conflits sociaux ?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Le "Merci patron" des Charlots n'est sans doute pas un véritable remerciement...)

 Les patrons ne sont pas les personnages préférés dans notre culture populaire. Au temps du caf’ conc’, la chanson insistait sur l’arrogance des ouvriers mais, un siècle plus tard, même chez les chanteurs les plus fantaisistes, on ne voit plus le patronat comme étant malmené par le prolétariat. Même quand il arrive des malheurs aux patrons, on ne sent pas de débordements de compassion dans la chanson...

 

Dans le premier épisode de cette chronique diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

 

 

Les Sales Majestés, Les Patrons , 2000

Les Charlots, Merci patron , 1971

Guy Bedos, Un patron , 1964

Paul Lack, Le Patron moderne , 1907

Charlus, J'ai engueulé le patron, 1911

Les Fouteurs de Joie, Oh mon patron , 2013

Bijou SVP, Patron voyou, 2009

Alain Souchon, Parachute doré , 2008

Les Fouteurs de Joie, Oh mon patron , 2013

 

 

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Vous pouvez retrouver sur le site de France Info les quarante-deux épisodes de notre série de l’été dernier, consacrée à des rumeurs, on-dit et fausses réputations, Ça sonne faux.

Vous pouvez aussi retrouver les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil.

Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.

Professeurs, lycéens et collégiens, France Info et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

 

(Le "Merci patron" des Charlots n'est sans doute pas un véritable remerciement...)