Cet article date de plus de six ans.

Des chansons qui n'aiment pas la police...

écouter (5min)
Les nombreux incidents récents, notamment autour de la Nuit debout, ont relancé le débat autour de la violence policière. Une thématique à laquelle la chanson fait écho depuis longtemps.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Un des manifestants masqués à Nantes contre les violences policières © Reuters)

 On a souvent l’impression – dans les déclarations des uns ou des autres, ces dernières semaines – d’entendre un vieux disque, un vieux vinyle qui craque un peu, avec des émotions historiques autour de la violence policière et des nécessités du maintien de l’ordre.

 

 

Dans le premier épisode de cette chronique ce week-end, vous entendez des extraits de :

 

Trust, Police milice, 1979

Dominique Grange, A bas l'état policier , 1968

Suprème NTM, Police, 1993

Juliette Gréco, A la belle étoile , 1951

Georges Brassens, Hécatombe , 1952

Léo Ferré, Comme une fille, 1969

Anonyme, Aubade à Rémi Fraysse , 2014

Renaud, J'ai embrassé un flic , 2016

 

 

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique

Vous pouvez retrouver sur le site de France Info les quarante-deux épisodes de notre série de l’été dernier, consacrée à des rumeurs, on-dit et fausses réputations, Ça sonne faux.

Vous pouvez aussi retrouver les quarante-neuf épisodes de notre série de l’été consacrée à la chanson pendant la Première Guerre mondiale, La Fleur au fusil.

Et vous pouvez aussi vous procurer le livre accompagnant cette série, lui aussi intitulé La Fleur au fusil.

Pour les professeurs, lycéens et collégiens, France Info et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.