Chalutiers, pêcheurs et légende...

écouter (5min)

La crise franco-anglaise sur les licences des chalutiers autorisés à pêcher dans les eaux britanniques apporte soudain un effet de réel dans une mythologie de la pêche en mer largement modelée et utilisée par la culture populaire. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le petit port breton de Plobannalec-Lesconil dans le Finistère.  (GUIZIOU FRANCK / HEMIS.FR / AFP)

"Je n’irai pas à la morue", dit le matelot d’un chalutier breton. Le bateau vient d‘arriver au port, chargé de poissons, et le capitaine veut repartir aussitôt. François Morel, en compagnie d’Antoine Sahler, a enregistré l’année dernière cette chanson qui s’empare à la fois de l’imagerie romantique des chalutiers bretons et de la réalité économique de concurrence internationale pendant presque un siècle...


Dans le second épisode de Ces chansons qui font l’actu diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

François Morel, La Pêche à la morue, 2020

Musique des équipages de la flotte et Chorale A Cœur joie clair matin de Toulon, Chanson des cap-horniers, 1981

Seth Gueko, Delicatessen, 2015

Disiz, Faire la mer, 2010

Sylvie Vartan, Deux Bateaux, 1968

Georges Moustaki, Pêcheur, 1982

Laurent Voulzy, Le Rêve du pêcheur, 1992


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Souvenez-vous : pendant l'été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d'une autrice, compositrice et interprète considérée comme l'arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chansonexploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson françaisecoédité par Plon et franceinfo. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.