Cet article date de plus de trois ans.

Ces chansons qui font l'actu. Johnny sous le regard de ses confrères

écouter (5min)

Depuis les débuts de sa gloire, beaucoup de chanteurs ont évoqué Hallyday avec admiration, ironie ou envie...

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Johnny Hallyday, Antoine, et Georgette Plana.  (MAXPPP)

Michel Sardou a, semble-t-il, été le premier à évoquer la mort de Johnny Hallyday, dans une chanson, mais précisément pour la démentir avec force, et même avec jubilation. Pourtant, dans les premières années de sa carrière, Hallyday n’a pas suscité que des chansons admiratives. Ses confrères – et surtout ses aînés – ne se sont pas privés de rire de l’idole des jeunes.

  Dans le second épisode de cette chronique diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :  

Michel Sardou, Hallyday (Le Phénix), 1973

Léo Ferré, Les Temps difficiles, 1961

Henri Salvador, Monsieur Boum Boum, 1963

Antoine, Les Élucubrations, 1966

Antoine, Je dis ce que je pense, je vis comme je veux, 1966

Cali, Il y a une question, 2003

La Blanche, La Mort à Johnny, 2006

Les Fatals Picards, Le Jour de la mort de Johnny, 2009

Les Wampas, Johnny, 2006

Serge Lama, L'Idole, 2016  



Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

En juillet et août dernier, nous avons passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidé dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.  

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chanson, exploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson française, coédité par Plon et franceinfo. 


Pour les professeurs, lycéens et collégiens, franceinfo et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.