Podcast
Menaces à l'OM, allocations étudiantes et Charles III : ça dit quoi ce 20 septembre ?

Ce mercredi 20 septembre, les "menaces et attaques personnelles" contre la direction de l'OM, des présidents d'Université réclament des allocations pour tous les étudiants et la visite de Charles III en France.
Article rédigé par Léo Tescher
Radio France
Publié Mis à jour
L'ambiance n'est plus du tout aux sourires pour l'entraîneur de l'OM Marcelino et son président Pablo Longoria, au second plan, dont les avenirs sont incertains au club marseillais après des menaces venues de supporters. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

"Salut c'est Léo, ça dit quoi ?"

Ce mercredi 20 septembre, la direction de l'Olympique de Marseille se met en retrait après une réunion brûlante lundi soir avec des représentants des supporters. Dans un communiqué, le club dénonce des "menaces et attaques personnelles". L'avenir de l'entraîneur Marcelino est également incertain. Toutefois, contrairement à certaines informations qui circulaient mardi, le coach marseillais n'a pas encore officiellement présenté sa démission.

Pour "juguler la pauvreté" des étudiants, faciliter le "développement de leur autonomie" et leur accès à l'enseignement supérieur, quatorze présidents d'Université publient une tribune dans le journal Le Monde en faveur d'allocations pour tous les étudiants. Une idée avancée alors que 46% des étudiants ont déjà sauté un repas à cause de la hausse des prix ces derniers mois, selon une étude de l'IFOP pour l'association de distribution alimentaire Cop1.

Et à part venir manger du homard bleu à Versailles, boire des grands crus bio à Bordeaux et booster les ventes de mugs chez ta tante, que vient faire le roi d'Angleterre Charles III en France ? On pourrait penser "pas grand-chose" puisque le roi n'a aucun pouvoir politique. Son voyage a pourtant été voulu par le gouvernement britannique. Il faut donc y voir un message symbolique important d'un rapprochement des relations diplomatiques du Royaume-Uni avec la France et, au-delà, l'Europe, sept ans après le Brexit.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.