La passation de pouvoirs, un exercice de communication politique fondateur

écouter (128min)

C'est une des toutes premières séquences de communication d'un gouvernement qui s'installe. Les passations de pouvoirs se succèdent, souvent dans un rythme soutenu, avec leur lot de symboles et de messages.

Article rédigé par
Laetitia Krupa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Passation de pouvoirs au ministère de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, à Paris le 20 mai 2022  (VINCENT ISORE / MAXPPP)

C'est une séquence qui cristallise un système de symboles pour les deux protagonistes, le partant et le nouveau ministre. L'intérêt médiatique et la scénarisation du récit journalistique peuvent même la transformer en un événement fondateur. Il faut envoyer les bons messages, la bonne image, le bon positionnement et tenter, pourquoi pas, de marquer l'histoire. Entre Jean Castex et Elisabeth Borne, par exemple, l'émotion était au rendez-vous.

franceinfo : quelle partition ont joué les deux Premiers ministres ? pouvez-vous nous résumer les intentions de communication de chacun ?

Gaspard Gantzer : Il y a eu une intention sur la forme et sur le fond. Sur la forme, l'un comme l'autre avait envie de montrer leur caractère, Jean Castex sa bonne humeur méridionale et sympathique et pour Elisabeth Borne son émotion et le fait qu'elle était sensible au fait d'être la deuxième femme à arriver à Matignon. Et puis sur le fond, une défense de son bilan par un premier ministre qui choisit du jour et de l'heure de son départ et quand Elisabeth Borne, elle, voulait imprimer son style, rigoureux, efficace et déjà en action.

Il y a toujours pour celui qui part le désir de marquer son passage, c'est la dernière occasion parfois de laisser une trace dans l'histoire politique. Et a posteriori, il peut y avoir des surprises comme lorsqu'Arnaud Montebourg a passé le relais à Emmanuel Macron en août 2014 au ministère de l'Économie. Une sortie très théâtrale pour celui qui venait de faire exploser le gouvernement Valls. Ce matin-là, Arnaud Montebourg avait même déclaré : "Il faut savoir quitter la scène quand on ne sait plus jouer plus longtemps la comédie" et... il ne savait pas qu'il passait le relais au futur président de la République !

Comment se prépare une passation de pouvoir ? Racontez-nous comment s'organise le travail en amont.

Beaucoup repose sur les services administratifs de certains ministères qui souvent ont l'habitude de voir passer et repasser certains ministres, c'est d'ailleurs parfois très douloureux pour les ministres et leurs entourages car ils voient les gens s'affairer comme s'ils allaient devoir préparer un déménagement, sans connaître encore la teneur de la décision présidentielle. Et puis, il y a le rôle des conseillers qui ramassent le plus rapidement leurs affaires et tentent d'envoyer des signaux à travers les applaudissements, des cris, des hourras pour témoigner de leur joie d'avoir servi ou d'arriver dans le ministère, et pendant ce temps-là on glisse des CV pour préparer l'avenir.

Est-ce que le ministre prépare justement avec ces conseillers les mots, les phrases qu'il ou elle prononcera pendant la passation de pouvoirs ?

Oui bien sûr, sachant que c'est souvent le discours le plus personnel tant pour le partant que pour l'arrivant et que c'est souvent un discours très court, duquel on retiendra deux ou trois phrases mais surtout une émotion, une ambiance générale. 
Le rythme soutenu des passations de pouvoirs compose aussi la première séquence de communication d'un nouveau gouvernement qui s'installe. Si chaque passation est unique, l'ensemble donne le ton et la couleur de l'exécutif. Pour Emmanuel Macron c'est aussi l'occasion d'envoyer à la nation le premier chapitre de sa feuille de route et son premier message aux Français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.