Cet article date de plus de trois ans.

C'est mon week-end. Pour un voyage détente, des cures originales en thalasso

écouter (270min)

Pour un week-end détente, les établissements de thalasso proposent aujourd'hui toutes sortes de cures à destination des jeunes, mais aussi avec des objets connectés.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des cures thermales à destination des jeunes, toujours plus demandeurs. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Un week-end en thalassothérapie, ça vous tente ? Pour se détendre, se relaxer et décompresser, il existe de nouveaux types de cures, qui ont été présentées au salon Les Thermalies, au Carrousel du Louvre à Paris, du 1er au 4 février 2018.  

Des cures thalasso destinées aux adolescents

Jusqu’à présent, l’offre était quasi nulle, et force est de constater que le stress concerne aussi les 12-18 ans qui apprécient les bienfaits de ces séjours bien-être.   Des séjours proposés notamment aux thermes de Contrexéville dans les Vosges : "L’idée est venue des parents qui viennent en séjour chez nous et qui nous disaient : 'Mais qu’est-ce qu’on peut faire de nos ados ? Avez-vous des soins adaptés pour eux ?', raconte le directeur des thermes François Chalumeau. Certains parents laissaient attendre leurs enfants à l’entrée des Thermes pendant deux heures. Donc on s’est dit qu’il fallait qu’on trouve quelque chose pour eux ! Du coup, on a mis en place des soins spécifiques." 

Ces séjours proposent des soins du visage pour traiter l’acné, des séances détente avec piscine, jacuzzi et spa, mais pas que : "Il y a des soins et du modelage parce qu’on se rend compte aussi qu’à 15-16 ans ils adorent ça aussi. Et pas mal d’aquabike et d’aquagym parce que les ados sont assez sportifs aussi." 

Nos ados en redemandent ! Le point fort : l’attractivité des tarifs. Aux Thermes de Contrexéville, comptez 50 euros la demi-journée pour les 12-18 ans et 350 euros pour un forfait cinq jours, contre 500 euros pour un adulte.

Melomind, le casque audio à effet relaxant

Les établissements de thalassothérapie utilisent aujourd’hui énormément les nouvelles technologies. L’établissement Carnac Thalasso & Spa Resort (Morbihan) propose une cure "neuroscientifique d’apprentissage de la relaxation". Le centre s’est équipé d’un casque audio baptisé Melomind. Celui-ci est doté de deux capteurs à l’arrière qui mesurent en temps réel l’activité électrique de votre cerveau. Ces mesures sont transférées du casque vers une application mobile où apparait une sorte d’encéphalogramme. Les données sont traduites simultanément en musiques qui sont directement diffusées dans votre casque.

Si vous n’êtes pas trop stressé, la musique tend à être relaxante, mais si vous êtes très stressé, c’est tout un voyage : "La base son se veut un peu agressive et vient polluer le voyage en lui-même, explique Martial Denêtre, directeur général du site de Carnac Thalasso & Spa Resort. L’objectif est de faire travailler les zones du cerveau pour faire baisser cette pollution et changer de thème musical. Donc, il ne s’agit pas d’envoyer des messages électriques au cerveau, c’est bien l’activité cérébrale qui conditionne et met en place le niveau musical pour atteindre un niveau de relaxation optimum."

Ce Voyage Zen comprenant aussi les soins à l’eau de mer est à partir de 1 764 euros pour six nuits.  

Un bandeau connecté pour dormir

Autre illustration de la percée des hautes technologies dans les cures Thalasso : ce séjour "Mer et Capital Sommeil" à Saint-Malo. Cette fois-ci, on dort avec un bandeau connecté baptisé Dream. Très léger, il analyse vos différentes phases de sommeil durant la nuit. "L’intérêt surtout de ce bandeau au-delà de l’analyse, c’est qu’il va la nuit suivante vous envoyer des ondes sonores quasiment imperceptibles, qui ne vont pas vous réveiller. Et donc ces ondes sonores vont travailler pendant votre sommeil profond pour en améliorer la qualité et la durée", selon Véronique Le Gall, responsable au Grand Hôtel des Thermes marins de Saint-Malo.

Tarifs : À partir de 1 700 euros pour ce séjour de six nuitées.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.