Cet article date de plus d'un an.

C'est mon week-end. Flânerie dans le 9e arrondissement de la capitale avec Sarah Daniel-Hamizi, "la barbière de Paris"

écouter (3min)

Aujourd’hui nous partons découvrir le 9e arrondissement de la capitale en compagnie de Sarah Daniel-Hamizi. La fondatrice des salons "La Barbière de Paris", l'une des figures de ce quartier depuis vingt ans. Au programme : adresses gourmandes et artisanales.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Sarah Daniel Hamizi, présidente et fondatrice de l’enseigne À la Barbière de Paris (Didier Pazery)

Sarah Daniel-Hamizi est barbière, son métier consiste à tailler ou à raser les barbes. "J’ai ouvert ma première boutique au 14 rue Condorcet, on a fêté nos 20 ans le 4 janvier 2020". 

Elle est à la tête des salons "La Barbière de Paris".

Je me suis lancée parce que je suis une passionnée de la barbe, et j’ai voulu être barbière quand j’avais huit ans.

Sarah Daniel-Hamizi, barbière

Sa vocation est née en regardant la gestuelle presque symphonique de son grand-père qui se rasait face à un vieux chêne dans son village, en Algérie. 

Salon parisien, La Barbière de Paris. (La barbière de Paris)

Et pour explorer son quartier du 9e arrondissement de Paris, Sarah nous emmène d’abord rue de la Tour d’Auvergne, à La Feuille d’Or.

"Ici c’est un atelier de dorure, on fait de la dorure sur cuir et du marquage à chaud." Pascale Thérond a fondé cet atelier en 1989. Les techniques de la dorure existent depuis 1450, il reste seulement cinq ateliers en France. Pour graver l’or sur le cuir, elle utilise des outils en bronze chauffés. "Quand vous dites de l’or, c’est combien de carats ?", interroge Sarah. "Vingt-deux carats!", lui répond Pascale.

Pascale Thérond grave de l'or 22 carats sur le cuir dans sa boutique La Feuille d'or dans le 9ème, à Paris. (La Feuille d'or / Pascale Thérond)

"Moi je suis heureuse qu’il existe encore des métiers de ce type parce qu’on en voit tellement peu", souligne la barbière. Belle idée cadeau : faire graver un prénom ou des initiales en or sur un porte-monnaie en cuir. "Un prénom ou une petite ligne ça vous coûtera 35 euros, c’est le prix d’un bouquet de fleurs", détaille Pascale Thérond.

Chez Navellou Fleurs, 49, rue Condorcet, Paris 9ème. (Navellou Fleurs)

Et justement, au 49 rue Condorcet, Sarah Daniel-Hamizi lance une œillade aux œillets du fleuriste André Navellou. "C’est le petit jardin de la rue Condorcet ! André me fait des compositions de folie, et puis surtout les fleurs durent. C’est un artisan qui connaît bien son métier", assure-t-elle.

Choux à la crème Popelini. (Popelini)

"Ce sont des Popelini, référence au créateur de la pâte à chou, Monsieur Popelini !", explique Sonia, responsable de la boutique du même nom. Au 44 rue des Martyrs, la barbière de Paris fond pour ces choux à la crème. "Je peux m’en enquiller quatre à la suite !"

Pas loin, nous faisons une halte chez Jacques, il est ébéniste. Dans son atelier-boutique qui ne porte pas de nom, l’artisan restaure du mobilier et des luminaires. Il chine des objets d’après-guerre et du 1XVIIIe siècle. Sarah lui a déjà acheté des lampes à balancier. "Jacques donne une âme aux objets, et c’est passionnant d’en connaître l’histoire."

Boutique Mamie Blue, 69 rue Rochechouart, Paris 9ème. (Mamie Blue)

"Je m’appelle Brigitte Chiron, je suis la gérante de Mamie Blue, 69 rue Rochechouart."

Dans cette boutique, on achète et on loue vêtements et accessoires hommes-femmes de 1920 à 1970. On trouve tout, sauf la gaine porte-jarretelle de Marylin Monroe ! Coiffure crantée année 50, Brigitte retape de la fripe et fait des reproductions car elle est avant tout styliste.

Sébastien Depis, caviste à Paris. (Sébastien DEPIS / GCDC Montmartre)

Et nous partons à la rencontre de Sébastien, fondateur de GCD Montmartre. En raison de la crise sanitaire, il a transformé son bar à vin en cave à vin. Ce passionné ouvre de 16h à 21h du mercredi au dimanche.

"J’ai envie de faire découvrir le monde viticole pour montrer à quel point les vins sont vivants. Je sélectionne des vignerons artisans qui me touchent, explique Sébastien. Il faut d’abord rentrer dans l’univers aromatique du vin. Mon métier passe par une forme de pédagogie." Et il recommande pour les fêtes le Wolftrap Syrah Mourvedre Viognier 2019 (14 euros).

"Et je fais le vœu qu’il y ait une transmission de savoir-faire qui perdure autour de l’art et de l’artisanat. En tout cas moi dans mon domaine, c’est mon objectif", conclut Sarah Daniel-Hamizi.

EN PRATIQUE

- La Feuille d’Or : 7, rue de la Tour d'Auvergne, Paris 9e (01 42 82 17 36).

- Navellou Fleurs : 49 rue Condorcet, Paris 9e (01 48 78 78 90) 

- Popelini : 44 rue des Martyrs, Paris 9e (01 42 81 35 79)

- Atelier boutique ébénisterie : 22 rue Condorcet Paris 9e 

- Mamie Blue : 69, rue de Rochechouart, Paris 9e (01 42 81 10 42)

- GCD Montmartre, 3 bis rue Durantin, Paris 18e (09 83 64 57 94)   

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.