Cet article date de plus de six ans.

C'est mon époque. Avec le froid, les risques d'intoxication au monoxyde de carbone augmentent

Les températures baissent, le risque d'intoxication au monoxyde de carbone augmente. Chaudières, radiateurs, poêles, chauffe-eau, cheminées ou encore cuisinières et barbecues sont autant d'appareils à risque.

Article rédigé par franceinfo, Sophie Auvigne
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Un détecteur de monoxyde de carbone va être installé à proximité d'une chaudière. (MAXPPP)

L'été indien, c'est fini, on rallume le chauffage et le danger est de retour : le monoxyde de carbone. Le CO tue plusieurs dizaines de personnes chaque année en France. Pourtant ce n'est pas une fatalité, c'est le message de la campagne de sensibilisation baptisée Un cri d'alarme.

Il est invisible, inodore, évidemment silencieux mais rapide. 10% de CO dans l'air tuent en quelques minutes. Il faut moins d'un quart d'heure avec 1% de mélange
et une heure quand on ne trouve que 0,1% de gaz dans l'air. D'abord des maux de tête et des nausées, puis une confusion, une grande fatigue enfin des convulsions et une insuffisance respiratoire ou cardiaque. Plus de 3 500 personnes sont exposées chaque année en France au monoxyde de carbone et huit fois sur 10 à la maison. Parce que ce sont d'abord nos objets du quotidien qui tuent : chaudières, radiateurs, poêles, chauffe-eau, cheminées ou encore cuisinières et barbecues. On estime que ces sources de monoxyde de carbone sont présentes dans 21 millions de logements au moins en france.

Des solutions existent

Il faut avant tout acheter des appareils estampillés CE, la norme européenne, les faire installer et entretenir par un professionnel qualifié, aérer au moins une fois par jour, ne pas boucher les ventilations... Et puis utiliser les appareils pour ce qu'ils sont. Un four ou un barbecue ne peuvent pas servir de chauffage. C'est du bon sens, mais il faudrait aussi installer des détecteurs de monoxyde de carbone, un petit appareil aux alentours de 40 euros qui se fixent près de la source éventuelle de gaz, pour vérifier la qualité de son air tout au long de la nuit.

Les détecteurs de CO ne sont pas (encore) obligatoires

L'un est obligatoire depuis deux ans dans chaque logement, ce n'est pas le cas pour le détecteur de monoxyde de carbone. D'ailleurs moins de 5% de nos intérieurs sont équipés. Pourtant la Grande-Bretagne, par exemple, oblige à protéger les pièces si il y a une cheminée ou un poêle à bois. Aux Etats-Unis, ces appareils sont jugés aussi importants que les détecteurs de fumée. Ils sont même obligatoires depuis 10 ans dans l’Illinois ou le Massachusetts.

Là aussi il faut choisir un matériel certifié CE et même NF et vérifier l'état des piles régulièrement. Il existe au moins six modèles agréés et la campagne de sensibilisation milite pour qu'une loi, un jour, les impose. En attendant, Un cri d'alarme fait parler des victimes ou des familles devenues les meilleures ambassadrices de la cause.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.