C'est mon boulot, France info

Team building abusif : le licenciement d'un cadre qui avait fait marcher ses collaborateurs sur des tessons de bouteilles est confirmé

Peut-on faire marcher des salariés sur du verre pilé pour tester leur esprit de groupe ? C'est en tout cas l'idée d'un cadre d'Airbus... qui a été licencié pour cela.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une partie de l\'usine Airbus à Toulouse (Haute-Garonne).
Une partie de l'usine Airbus à Toulouse (Haute-Garonne). (REMY GABALDA / AFP)

Un cadre d'Airbus vient d'être licencié, cela a été confirmé par la Cour de cassation, ainsi que le rapporte le journal La Dépêche. Ce cadre, à Toulouse, contestait cette mesure prise "pour faute grave". Mais les juges ont confirmé la décision de l'entreprise. Le directeur du programme "management solutions" était allé un peu trop loin.

Il faut dire que programme ce séminaire de motivation était un peu extrême. Organisé en Allemagne, en ayant recours à un prestataire extérieur, ce stage de "team building", de cohésion d'équipe, comportait une épreuve très particulière. Les participants devaient casser des bouteilles enroulées dans un tissu à coup de marteau, puis étaler les tessons de sur un linge étalé sur le sol et ensuite, une fois toutes les bouteilles cassées, ils devaient faire quelque pas sur le verre pilé. Tous l'ont fait, sauf un. Qui est sorti en larmes de la pièce. La "facilitatrice" est allé le chercher. Il a dû alors revenir et s'expliquer devant tout le monde. Dire pourquoi il avait reculé devant l'épreuve. Un autre moment humiliant puisqu'il a dû avouer qu'il était porteur d'une maladie contagieuse.

La pression du groupe

Au retour à Toulouse, il a donné l'alerte. Il est allé voir le médecin du travail et son service RH. Il explique avoir très mal vécu l'épreuve. Il souligne les risques pour la santé. Et le risque d'ostracisation. Sa crainte pour son bonus annuel. Son témoignage libère la parole. Une enquête est ouverte et certains reconnaissent avoir été obligés de participer sous la pression du groupe, malgré les risques évidents de coupure. Un mois plus tard, le cadre organisateur de cette session de team building extrême est donc licencié.
La Cour de cassation rappelle qu'il incombe à chaque travailleur de prendre soin de sa santé et de sa sécurité... ainsi que de celles des autres personnes concernées par ses actes au travail.

Le stage commando, c'est fini

De telles épreuves pour renforcer la cohésion d'équipe, c'est la tendance dans les entreprises ? Pas du tout ! L'époque des stages commando est bel et bien révolue. La tendance en la matière, c'est la réalité virtuelle. Elle permet de partager à plusieurs des activités comme l'escalade, sauver un monde, résoudre des énigmes. L'escape game est d'ailleurs très à la mode pour souder les équipes. Grâce au numérique, on peut faire participer des équipes qui ne se trouvent pas au même endroit. Autre tendance : tout ce qui concerne le bien-être. La méditation, le yoga, la reconnexion à la nature. L'arbre et la forêt, par exemple, sont des thèmes qui marchent bien. Agir concrètement pour restaurer l'environnement. Plus doux et plus utile que de se couper les pieds sur des tessons de bouteille.

Une partie de l\'usine Airbus à Toulouse (Haute-Garonne).
Une partie de l'usine Airbus à Toulouse (Haute-Garonne). (REMY GABALDA / AFP)