Cet article date de plus de deux ans.

Santé : 2,5 millions de salariés en état de burn out après deux ans de crise sanitaire

Le chiffre est impressionnant : 2,5 millions de salariés en état de burn out sévère après cette longue période de crise sanitaire. C'est ce qui ressort du baromètre du cabinet Empreinte Humaine selon lequel la détresse psychologique des salariés ne cesse de progresser.

Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Un homme en burn out au travail. (THOMAS JOUHANNAUD / MAXPPP)

Des salariés placés de plus en plus souvent dans un état de "détresse psychologique". Selon le neuvième baromètre, très suivi, du cabinet Empreinte Humaine, les salariés en France n'ont pas le moral. 41% d'entre eux sont désormais dans ce cas. C'est trois points de plus que lors de la dernière enquête menée par Empreinte humaine et Opinionway en octobre dernier.

La détresse psychologique c'est, selon le cabinet de prévention des risques au travail, un indicateur qui évalue la dépression et l'anxiété. Au-delà de la détresse psychologique, il y a le burn out. La même enquête, menée sur un échantillon de plus de 2 000 personnes, évalue à 34% la proportion de salariés en situation de burn out. C'est un point de plus que lors de la précédente enquête et jusqu'à donc 13%, soit 2,5 millions, le nombre de personnes en état de burn out sévère.
D'autres chiffres issus de cette étude révèle l'état inquiétant des salariés. Selon cette enquête, ils sont 50% à s'isoler et à se couper du monde, 40% à perdre souvent patience et à être facilement irritables. Ils sont enfin un tiers à être moins réceptifs aux idées de leurs collègues et un quart à être agressif pour tout et rien.

Aucune catégorie épargnée

Certaines catégories de salariés sont plus touchées par ces phénomènes. Il s'agit des jeunes, des femmes, et des managers. Les jeunes sont 54% à se dire en détresse psychologique. Soit 13 points de plus que la moyenne et aussi 13 points de plus que lors de la dernière vague. Les femmes pointent à 47%. Et les managers, aussi, vivent mal ces deux ans de crise sanitaire. Ils sont 44% en détresse psychologique et 38% en burn out. Les télétravailleurs ne sont pas épargnés. Plus d'un tiers d'entre eux se dit en situation de burn out.

L'enquête alerte enfin sur une fonction qui fait tout particulièrement les frais de la crise, c'est celle des ressources humaines. Un métier en première ligne depuis deux ans avec la mise en oeuvre des différents protocoles sanitaires, des changements incessants et la gestion, justement, de la détresse psychologique des salariés.

L'enquête met aussi en évidence les attentes des salariés après deux ans de crise. Ce qu'ils demandent avant tout c'est un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle. Les salaires et les primes n'arrivent qu'en deuxième position.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.