C'est mon boulot, France info

Quarante idées de business originales : des doudous qui plaisent aux bébés

Tout l'été, Philippe Duport donne la parole à ceux qui se sont lancés dans des aventures inspirantes. Mardi, Nicolas Courrège, un papa qui a créé Nin-Nin, des doudous sans visage qui ont un succès fou.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un doudou sans visage.
Un doudou sans visage. (Nin-Nin)

Nicolas Courrège était technicien informatique. En 2009, il devient papa. Et ça va doublement lui changer la vie : "L'idée, c'était de créer un doudou pour mon fils et ce doudou il l'a trimbalé partout. Du coup avec ma compagne, on a décidé de le commercialiser pour en faire profiter tous les autres bébés."

Six ans plus tard, Nicolas et son épouse Clémence lancent Nin-Nin, une vraie entreprise, au Creusot, en Saône-et-Loire. Nicolas a créé tout seul son site internet, sur lequel il vend ses doudous. Entre six et huit personnes travaillent à la fabrication, qui avait démarré dans le salon du couple. Aujourd'hui c'est un vrai atelier, qui se visite, et qui a des ambitions :"J'aimerais bien que chaque bébé ait ce fameux doudou dans les mains un peu à la success story de Sophie la girafe."


La crise a dans un premier temps boosté le succès des doudous, qui surfait sur la vague du e-commerce. Nicolas Courrège est sûr qu'il a encore de la marge de progression : "Il y a 800 000 naissances par an en France, il y a forcément un potentiel. À chaque fois qu'un enfant reçoit notre doudou en cadeau, il l'adopte à 90%" conclut Nicolas Courrège.

Un doudou sans visage.
Un doudou sans visage. (Nin-Nin)