Cet article date de plus d'un an.

Plus d’une femme homosexuelle sur deux déclare avoir subi au moins une agression ou une discrimination au travail

45% des lesbiennes harcelées ou discriminées ont eu des pensées suicidaires. Un guide vient de paraître pour améliorer la condition de ces femmes.
Article rédigé par Philippe Duport
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Des dossiers aux pieds d'une femme. (ALE VENTURA / MAXPPP)

Les femmes homosexuelles subissent une double discrimination au travail : en tant que femmes et en tant qu’homosexuelles. Une étude parue il y a quelques mois mettait en lumière les difficultés à être lesbienne dans le monde du travail : 53% d’entre elles dénonçaient des agressions ou des discriminations. De peur d’être discriminées, les deux tiers d’entre elles font le choix de l’invisibilité auprès de leurs collègues ou de leur hiérarchie. Et ce chiffre est inquiétant : 34% des femmes lesbiennes ont quitté leur employeur à la suite d’agression ou de discriminations.

>> De LGBT à LGBTQIA+ : on vous explique l'évolution du sigle qui décrit la diversité des identités de genre et orientations sexuelles

Une association fait des propositions pour remédier à cette situation : l’Autre cercle, l’association de référence sur l’inclusion des personnes lesbiennes, gays, bisexuels et transes (LGBT) au travail, vient de publier un guide à destination des entreprises.

Parmi les propositions concrètes : avoir davantage de "rôle modèles", de femmes homosexuelles qui prennent la parole pour montrer aux nouvelles générations, comme le dit Catherine Tripon, de L’Autre cercle, que l’on peut réussir dans la vie. Selon elle, dans des pays comme le Canada, les États-Unis ou la Grande-Bretagne, il est plus courant d’afficher son homosexualité quand on est à la tête d’une entreprise. Les hommes homosexuels sont également plus susceptibles que les femmes de faire leur coming-out. Seules trois femmes dirigeantes se sont associées à la démarche de l’Autre Cercle pour une meilleure visibilité.

 

Autre proposition : afficher une tolérance zéro vis à vis des propos sexistes. Il faut, dit ce guide, que les entreprises affichent leur politique de répression des propos sexistes et homophobes. Dire que, pour elles, cela constitue des fautes graves. Les règles doivent être affichées, claires et rappelées, dit l’Autre cercle.

L’étude que l’association avait menée l’an dernier disait que 45% des lesbiennes harcelées ou discriminées ont eu des pensées suicidaires. Il faut aussi rappeler clairement les droits de ces femmes. Les directions doivent faire savoir, afficher les droits, les rappeler en comité social et économique que les femmes lesbiennes ont les mêmes droits en cas de mariage ou d’arrivée d’un enfant que leurs collègues hétérosexuelles.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.