C'est mon boulot, France info

Perspectives 2020 : une prime pour les aidants

Toute la semaine on se penche sur ce qui nous attend dans le monde du travail en 2020. Mardi, un nouveau droit pour tous ceux qui viennent en aide à un parent ou un proche malade.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un aidant soutient une personne. Photo d\'illustration.
Un aidant soutient une personne. Photo d'illustration. (MAXPPP)

Un nouveau droit a été accordé à ceux qui aident un proche ou un parent souffrant. Il s'agit d'un congé rémunéré qui va donc bénéficier aux "aidants". Selon les chiffres officiels, 8,3 millions de personnes en France aident régulièrement un proche en perte d'autonomie. Près d'un sur deux est salarié, soit environ quatre millions de personnes. Depuis 2016, ces aidants avaient bien le droit de prendre un congé. Mais ce congé n'était pas rémunéré.  À partir d'octobre 2020, il va en être autrement. Les proches aidants vont avoir droit de prendre trois mois pour s'occuper de leur proche. C'est un congé fractionnable, c'est à dire qu'on ne sera pas obligé de le prendre d'un coup, mais qu'on pourra le répartir sur l'ensemble de la carrière.

Un congé rémunéré

43,52 euros par jour pour une personne aidante qui vit en couple. Et 52 euros par jour pour un aidant qui vit seul. Un montant similaire à celui qui est versé dans le cadre du congé enfant malade. Cette mesure va bénéficier à tous les salariés, aux indépendants et aussi aux fonctionnaires. L'aide sera versée par la caisse d'allocations familiales ou par la MSA pour les agriculteurs. À noter qu'elle ouvrira des droits à la retraite. Il avait été question d'instaurer un minimum d'une année d'ancienneté dans l'entreprise pour bénéficier de la mesure. Les députés ont supprimé cette restriction. Tout le monde va avoir droit à ce "congé aidants familiaux". Une mesure qui coûtera 100 millions d'euros en année pleine.

Les salariés aidants en attente de plus de soutien


Pour les associations, il s'agit d'une "petite avancée". Mais la mesure répond à un besoin urgent. Selon une récente étude, produite par Yoopies, une plateforme de garde d'enfants, un tiers des aidants juge que leur situation personnelle a un impact négatif sur leur carrière. Et 89% disent que c'est une source de stress. D'autant plus que les entreprises se mobilisent peu sur le sujet. Seules une sur sept a pris des mesures pour faciliter la vie de leurs salariés aidants familiaux. Les meilleures accordent des aménagements d'horaires. D'autres mettent à disposition de leurs salariés une plateforme téléphonique ou en ligne pour écouter les aidants et leur donner des conseils, des adresses, pour faciliter leurs démarches administratives...
Certaines sensibilisent les managers aux difficultés que peuvent rencontrer leurs collaborateurs.

Pourtant, il y a une énorme demande de la part des salariés aidants, qui pensent à une très large majorité que leur entreprise devrait intervenir pour les soutenir. Avec la montée de ce phénomène – en 2030, un actif sur quatre pourrait être aidant – les entreprises ne pourront pas faire autrement que de prendre en compte ces situations.

Un aidant soutient une personne. Photo d\'illustration.
Un aidant soutient une personne. Photo d'illustration. (MAXPPP)