C'est mon boulot, France info

Logisticien, un métier qui prend de l'importance

Cet été, "C'est mon boulot" vous présente les métiers qui recrutent des jeunes. C'est le cas du métier de logisticien.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Les métiers de la logistique implique quasi toujours un travail à l'international. Ici la plateforme d'Amazon à Lauwin-Planque dans le Nord © MaxPPP)

 Ca n'est pas un métier nouveau, mais avec la mondialisation des échanges et le commerce électronique, il a pris du galon et il a même changé de nom : on parle désormais plus volontiers de "supply chain manager" que de logisticien. Du reste, c'est un boulot dans lequel l'anglais, parlé et écrit, est obligatoire, et la maîtrise d'une troisième langue est appréciée. Le logisticien des temps modernes travaille avec le monde entier. Son métier, c'est de coordonner toute la chaîne de production d'un produit, depuis l'approvisionnement en matières premières jusqu'à la livraison au client, en passant par la chaîne des sous-traitants et le stockage. On se déplace beaucoup chez les fournisseurs et les sous-traitants.

3.000 euros de salaire pour un débutant

Touché par un grand nombre de départs à la retraite, ce métier qui recrute plus de 1.000 personnes cette année accepte les candidats ayant une formation inférieure à bac +5. Barbara Muntaner, rédactrice en chef de cidj.com, le site de notre partenaire, le centre d'information jeunesse, précise : "Beaucoup d'écoles de management proposent aujourd'hui des spécialisations en supply chain manager. On peut démarrer avec un BTS transports et prestations logistiques ou un DUT de gestion logistique et transports ou alors après son BTS ou DUT, décider d'aller vers une école de management pour préparer un master ".

Quant aux salaires, ils peuvent être très alléchants. Dans les 3.000 euros pour un débutant, plus de 6.000 euros pour un supply chain manager confirmé. Et on peut espérer encore bien plus pour un poste de supply chain manager "Europe", par exemple. 

(Les métiers de la logistique implique quasi toujours un travail à l'international. Ici la plateforme d'Amazon à Lauwin-Planque dans le Nord © MaxPPP)