Cet article date de plus de six ans.

Le salaire, premier facteur de fuite des salariés

écouter (10min)
Qu'est-ce qui pousse un salarié à aller voir ailleurs ? La réponse : parce qu'il est mal payé. Mal payer ses employés, c'est l'assurance de les voir chercher du travail ailleurs.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (illustration prétexte © Maxppp)

Une étude sans nuance, et qui sonne comme un coup de semonce à l'égard des employeurs. Quand on demande à un échantillon de plus de 1.000 salariés les raisons qui les pousseraient à démissionner, un trop faible salaire vient, sans la moindre ambiguité, très nettement en tête du classement. Dans 69% des cas, c'est l'opportunité d'une meilleure rémunération qui les inciterait à quitter leur emploi. Deuxième raison de partir, un meilleur équilibre de vie entre son métier et sa vie privée... mais ce critère n'arrive que très loin derrière et ne recueille que 12% des suffrages. En troisième position une "meilleure culture d'entreprise", en quatre "de meilleures perpectives de carrière", mais là on tombe à 6%. Arrivent en queue de peloton une meilleure situation géographique par rapport à son domicile et enfin de meilleures relations avec ses collègues et son manager, un item étonnamment peu cité : on n'en est plus qu'à 3%, très loin donc derrière la fiche de paie, qui encore une fois frôle les 70%. Ces chiffres proviennent d'une étude menée par le cabinet de recrutement Robert Half.

Est-ce que ça veut dire qu'il suffit de mieux payer ses salariés pour leur donner envie de rester et les motiver davantage ?

Si mal payer ses employés est une garantie de leur donner envie de prendre la poudre d'escampette, bien les payer, ou les augmenter, ça ne suffit pas. On ne transforme pas un salarié démotivé en un foudre de guerre simplement en gonflant sa fiche de paie. Toutes les études le disent : l'augmentation de salaire, ça marche, mais ça ne dure pas longtemps. Ca redynamise, ça donne "un petit coup de boost", mais ça ne dure pas plus de quelques mois.

Quand on regarde les points auxquels les salariés sont attentifs quand il s'intéressent à un nouveau job, on a quasiment l'image inverse des raisons invoquées pour démissionner. Ce qui les attire d'abord, c'est la description des missions et surtout les perspectives d'évolution professionnelle. Viennent ensuite la proximité géographique et le secteur d'activité de l'entreprise. Tout ça provient encore d'une étude du même Robert Half.

Moralité : mal payer ses employés, c'est la garantie de leur donner envie de partir. Mais le salaire est une condition nécessaire mais pas suffisante. Pour attirer et retenir, il faut un poste avec du contenu, des défis, du sens... et le tout avec un niveau de reconnaissance - entendez par là de salaire, encore une fois - digne de ce nom...

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.