Emploi : pourquoi il est urgent d'appliquer la transparence des rémunérations dans les entreprises

écouter (3min)

À l’heure où l’on parle beaucoup d’augmentations des salaires, une étude pointe l’importance de la transparence des salaires. Un domaine où la France est à la traîne.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bulletins de paie. (MOURAD ALLILI / MAXPPP)

Il va falloir augmenter les salaires, a dit en substance Geoffroy Roux de Bézieux, mercredi 1er juin sur franceinfo. Il va falloir commencer par les rendre plus transparents, disent les 2 000 personnes interrogées par Glassdoor, le site qui s’est fait une spécialité de rendre transparentes les conditions de travail.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la question n’est pas encore mûre en France. Le salaire reste un sujet tabou, avec seulement 8% des entreprises qui divulguent en interne les échelles salariales. C’est bien moins que chez nos voisins. En Allemagne 12% des entreprises pratiquent la transparence des salaires et le chiffre monte jusqu’à 15% au Royaume-Uni.

Pourtant, la transparence des salaires, ça pourrait tout changer au moment d’embaucher. Dans ce contexte bien connu de pénurie de main d’oeuvre généralisée, la transparence salariale pourrait être une solution pour les nombreuses entreprises qui ont du mal à recruter. 37% des répondants confient qu’ils n’ont pas postulé à des emplois dont le salaire n’était précisé dans l’annonce. Un phénomène qui concerne davantage les plus jeunes. Chez les 25-34 ans, la proportion de ceux qui refusent de postuler sans connaître le salaire monte à 47%. Au total, 75% des personnes à la recherche d’un emploi affirment être plus à même de répondre à une annonce si elle comporte au moins une fourchette de salaire.

Faire paraître les salaires : un bon point pour l'entreprise

En fait, dans l’entreprise, la transparence n’aurait que des retombées bénéfiques. 46% des répondants disent qu’ils s’estiment plus performants dans une entreprise où règne la transparence et près de la moitié ont davantage confiance dans leur manager. Et puis la transparence permet de diminuer les écarts de salaires liés au genre, à l’origine ethnique ou au handicap. 68% des personnes interrogées pensent que faire la lumière sur les salaires permettrait de combler les écarts existants. 

D'autre part, d’après les derniers chiffres officiels, 61% des apprentis, du CAP au BTS, ont trouvé un emploi six mois après leur cursus de formation. Ce n’est le cas que pour 36% des ex-lycéens professionnels titulaires de diplômes semblables acquis par la voie scolaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.