C'est mon boulot, France info

Des "stages d'immersion" en entreprise pour les chômeurs

Un plan pour lutter contre le chômage de longue durée a été présenté hier soir par le ministre du Travail, François Rebsamen. Parmi les mesures, une "immersion" en entreprise pour les chômeurs.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Un stagiaire travaille devant un écran d'ordinateur dans une entreprise à Rennes (illustration) © Maxppp)

C'est l'une des mesures phares du plan de lutte contre le chômage de longue durée. Proposer aux chômeurs sans emploi depuis plus de douze mois - la définition du chômage de longue durée - de retrouver le chemin de l'entreprise. Un "stage d'immersion" de quinze jours à deux mois pour, explique le ministère du Travail "tester sa capacité à vivre dans le milieu de travail, à occuper un poste, à maîtriser les compétences et à reprendre confiance".

5.000 périodes d'immersion ciblées

La première étape va consister à trouver des entreprises volontaires pour accueillir un chômeur éloigné de l'emploi depuis de longs mois ou plusieurs années. C'est Pôle Emploi qui sera chargé d'identifier les entreprises volontaires. Il sera aidé par le réseau de la fondation FACE, la fondation agir contre l'exclusion, qui regroupe plus de quatre mille sept cent entreprises. FACE s'est engagée à fournir 5.000 périodes d'immersion "ciblées", c'est-à-dire correspondant aux parcours des chômeurs. Des "stages" qui ne coûteront rien aux entreprises, dumoins en salaire, puisque le chômeur continuera de percevoir ses allocations pendant toute la période d'immersion.

Une démarche délicate

Plusieurs grandes entreprises se sont déjà portées candidates. Reste que proposer à un chômeur de cinquante ans de rédécouvrir le monde du travail à travers un stage, suivi par un tuteur, n'a rien d'évident. Si le dispositif peut s'entendre pour un jeune dont c'est le premier contact avec l'entreprise, pour quelqu'un qui a perdu son travail et en cherche depuis plus d'un an, la démarche est plus délicate.

(Un stagiaire travaille devant un écran d'ordinateur dans une entreprise à Rennes (illustration) © Maxppp)