C'est mon boulot, France info

De nouveaux risques professionnels liés au réchauffement climatique

La plupart des risques professionnels sont et seront affectés par le changement climatique. C'est ce que révèle un document de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le thermomètre affiche des valeurs de plus en plus élevées.
Le thermomètre affiche des valeurs de plus en plus élevées. (MARTIN BERNETTI / AFP)

Le réchauffement et le changement climatique vont entraîner de nouveaux risques pour les travailleurs. Cette affirmation est faite par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dans un document qu'elle vient de rendre public, lundi 23 avril.

Trois catégories de risques "climatiques"

À peu près tous les risques professionnels sont et seront affectés par le changement climatique, prévient l'agence. Les experts voient tout de même trois catégories principales de risques "climatiques" pour les travailleurs. Pour l'Agence, la hausse des températures a un impact direct sur les conditions de travail avec des risques de malaise, de déshydratation et de coups de chaleur.

Des risques directs, mais aussi des risques indirects. Des risques psychosociaux, du stress pour faire simple, liés aux situations de tension. Des baisses de vigilance qui peuvent provoquer des accidents. Des possibilités d'inhaler des substances chimiques qui se comportent différemment en temps de grandes chaleurs. Enfin une plus grande exposition aux pollens. Sous l'effet du réchauffement climatique, la saison des pollens commence plus tôt – en fin d'hiver et en début de printemps – et finit plus tard. L’Organisation mondiale de la Santé estime que la moitié de la population mondiale sera affectée par au moins une maladie allergique en 2050.

Le rapport pointe les risques liés à l'environnement

Ce sont par exemple de nouvelles maladies infectieuses qui apparaissent dans des régions qui en étaient épargnées. Elles peuvent être propagées par des moustiques ou des tiques. Le moustique tigre, par exemple, est apparu dans le sud de la France, il y un peu plus de dix ans. Son arrivée est clairement liée au réchauffement climatique. Il peut transmettre la dengue, le chikoungounya et le virus zika. Les personnes qui travaillent en milieu naturel ou qui sont en contact avec les animaux sont particulièrement exposés, souligne l'Anses.

Il y a aussi la fréquence des "aléas climatiques". Les inondations, les submersions, l'augmentation de la quantité de pluie ou au contraire des sécheresses estivales et des feux de forêt. L'Agence affirme que cela va entraîner plus d'accidents de travail, plus de fatigue physique et psychique, notamment pour tous ceux qui travaillent dans les secours à la personne.

L'Agence appelle à "renforcer sans délai la mobilisation du monde du travail". Il faut intégrer dès maintenant les changements climatiques dans le document unique d'évaluation des risques. Il faudrait recenser les personnes qui peuvent être impactées, évaluer chaque poste de travail en fonction des expositions à ces risques naturels. Mais, on en est loin. Le document unique d'évaluation des risques est obligatoire mais seule une entreprise sur deux l'a rempli.

Le thermomètre affiche des valeurs de plus en plus élevées.
Le thermomètre affiche des valeurs de plus en plus élevées. (MARTIN BERNETTI / AFP)