C'est mon boulot, France info

Cinq mois pour apprendre un nouveau métier

Un salarié sur trois envisage de changer de métier. Comment se former, quel métier choisir ? Un salon se tient ce jeudi à Paris et dans 150 villes de France, les organismes spécialisés tiennent une journée portes ouvertes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Nouvelle Vie Professionnelle)

Changer de vie professionnelle, tout le monde y pense... ou presque

Mais ça semble aussi très difficile. L'AFPA, l'organisme de formation, a sondé les coeurs : 94% de ceux qui se disent prêt à tout changer disent qu'ils manquent d'information, de conseils, de soutien. Bref, on ne sait pas où aller quand on a envie de tout plaquer.

Le salon "Nouvelle vie professionnelle" est organisé aujourd'hui à La Villette pour répondre à toute ces questions. Mais surtout, des journées portes ouvertes se tiennent dans cent cinquante villes de France. Dans les centres AFPA, mais aussi dans les centres de formation continue des universités et dans les Fongecif, qui financent les formations.

La reconversion

Il n'y a pas que les sondages qui le disent : sur le terrain, les responsables de l'Afpa notent une montée de l'envie de se reconvertir.

Certains viennent parce qu'ils n'ont pas le choix, après un licenciement par exemple. Mais beaucoup d'autres, de plus en plus, se tournent vers des métiers qui leur correspondent mieux. Par exemple vers des professions où l'on "fabrique" quelque chose, où l'on voit le résultat de son travail. Un juriste qui se met à restaurer des meubles d'art. Un DRH qui devient boulanger. Et puis beaucoup ont compris que leur branche n'était pas la plus solide et qu'il fallait se former pour sortir de l'impasse.

Cécile enchaînait les petites missions dans les compagnies aériennes. Elle était "hôtesse au sol". Précarité, pas d'avenir. A trente ans, elle est aujourd'hui chef gouvernante à l'hôtel Costes à Paris. Dans un métier qui recrute à tour de bras.

"Vous retournez sur les bancs de l'école, vous vous retrouvez avec votre bloc, votre petite trousse. C'est très rapide, ça dure cinq mois : vous commencez par de la théorie, on vous apprend aussi à vous tenir, la tenue vestimentaire, on vous envoie aussi visiter des hôtels... C'est un secteur qui est dans la demande en permanence. "

Cinq mois, c'est d'ailleurs la durée moyenne d'un stage pour apprendre un nouveau métier. Une dizaine de mois pour devenir responsable d'un équipement touristique. Quatre pour être gestionnaire de paye - où il y a d'ailleurs beaucoup de travail.

Parmi les formations les plus demandées, plombier-chauffagiste, autocariste et cuisinier. Des secteurs où il y a vraiment du travail. Rien qu'à l'Afpa, cent quarante mille personnes se forment chaque année pour changer de vie. Mais selon des responsables de l'organisme, il serait possible d'en former deux fois plus... s'il y avait les budgets pour.

(Nouvelle Vie Professionnelle)